Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

134 - 2011, Vœu déposé par le groupe PCF/PG relatif à l'accueil des enfants dans les établissements d'accueil des jeunes enfants.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2011



 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Nous passons à l'examen d'un v?u qui n'est pas rattaché à un projet de délibération, et qui est relatif à l'accueil des enfants dans les établissements d'accueil des jeunes enfants, déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, v?u n° 75.

La parole est à Mme SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Mes chers collègues, comme vous le savez, ces derniers mois, on a connu de nombreux mouvements sociaux du personnel encadrant les crèches, et les structures d'accueil de la petite enfance sont confrontées à une insuffisance de personnel pour pallier les absences.

Le volant de remplacement est régulièrement absorbé par les ouvertures de crèche et ne suffit plus à couvrir les besoins de façon réactive, cela au détriment des conditions de travail des équipes qui fonctionnent à flux tendu, et cela développe une certaine forme d'insécurité et d?inquiétude, à la fois pour les enfants et pour les familles.

Dans le même temps, on sait que de nombreux jeunes parisiens titulaires de C.A.P. petite enfance ou de B.E.P. carrière sanitaire et sociale, ont du mal à s'insérer professionnellement.

À travers ce v?u, nous souhaitons que le volant de remplacement soit étoffé de façon significative en embauchant notamment des titulaires du C.A.P. petite enfance et en les inscrivant dans un parcours qualifiant les menant vers l?obtention des diplômes d?auxiliaire de puériculture ou d'E.J.E., parce ce sont ces qualifications qui sont nécessaires à l'arrivée et qui sont exigées par la Ville de Paris.

Nous souhaitons que la Ville de Paris s'engage également à ne pas aller au-delà des capacités d'accueil strictes des établissements tant que le personnel de remplacement ne peut pallier les absences classiques du personnel, formation, congés, grossesse et maladie.

La troisième demande dans ce v?u est que la Ville de Paris s'assure que les taux d'encadrement puissent être respectés à tout moment de la journée, et non seulement sur la base de moyennes, pour que les personnels puissent faire le travail d'accompagnement à la parentalité et assurer le rôle d?accompagnement social dont les parents de nos quartiers ont besoin, parce que la précarisation de l'accueil des familles venant encore renforcer les difficultés subies par certaines familles ne peut obtenir notre satisfaction.

Voilà donc l'esprit de ce v?u. Je vous remercie.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Pour vous répondre, la parole est à Mme Maïté ERRECART.

Mme Maïté ERRECART, adjointe. - Je vous remercie d'attirer encore une fois notre attention sur les conditions de travail des personnels d'accueil des enfants dans les établissements municipaux de la petite enfance.

Je vous rappelle que le service municipal d'accueil collectif parisien représente 422 établissements, 8.300 agents et 22.400 enfants accueillis. C'est donc effectivement un secteur majeur d'activité pour la Municipalité.

Pour vous répondre, je me référerai en partie au v?u que vous avez déposé, lors de la séance du 7 et 8 février dernier, sur la situation des responsables et des responsables adjoints des établissements d'accueil de la petite enfance, et plus particulièrement au v?u de l?Exécutif, qui avait été adopté avec votre accord.

Conformément à ce v?u, je peux vous confirmer que le dialogue social nourri et engagé avec les représentants du personnel se poursuit. Nous avons d'ailleurs eu l'occasion, hier avec Christophe NAJDOVSKI, de rappeler quelles sont déjà les conclusions auxquelles nous sommes parvenus, à la suite de ces discussions.

De nouvelles discussions sont prévues sur notamment la question du volant de remplacement. Cette question du volant de remplacement évidemment nous préoccupe. On sait qu'il y a du personnel absent et que les remplacements sont difficiles. A ce sujet, vous formulez des propositions précises dans votre v?u, notamment de faire que le volet de remplacement soit plus efficient avec le recours à des CAP de petite enfance.

Ce que je peux vous assurer, c'est qu'avec Christophe NAJDOVSKI, nous sommes tout à fait d'accord pour étudier ces propositions et nous sommes aussi d'accord, nous nous engageons en fait à réunir les adjoints petite enfance - d?ailleurs Christophe NAJDOVSKI le fait régulièrement - pour examiner ces questions, probablement, au cours du mois de mai, de façon à trouver encore de nouvelles solutions. Et bien entendu ultérieurement, le Conseil de Paris sera tenu informé des conclusions de toutes ces réflexions et négociations.

Je vous invite donc à retirer ce v?u, en vous assurant encore une fois que nous sommes bien entendu tout à fait conscients des difficultés et prêts à examiner les solutions que vous évoquez.

M. Bernard GAUDILLIÈRE, adjoint, président. - Madame SIMONNET ?

Mme Danielle SIMONNET. - Notre volonté et notre démarche, c?est bien que la réflexion puisse se poursuivre.

C'est une très bonne initiative que l'ensemble des adjointe-s Petite enfance puissent être réunis, avec à la fois M. NAJDOVSKI et Mme ERRECART, cela va nous permettre de pouvoir reposer l'ensemble des éléments sur la table et de pouvoir aboutir.

Nous acceptons donc de retirer notre v?u et, à l'issue de cette réunion du mois de mai et des engagements qui seront pris, nous verrons s?il est nécessaire que le groupe Communiste et élu-e-s du Parti de Gauche redépose un v?u, ou si au contraire des solutions correspondant, à ce qui nous semble important dans la période, aboutissent.

Je vous remercie.

M. Bernard GAUDILLIÈRE, adjoint, président. - Merci, Madame.