Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

102 - 2011, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à la demande de suspension du projet de construction de 92 logements sociaux dans le square Contenot.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2011



 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Le v?u suivant, le n° 101 porte sur une demande de suspension d'un projet de logements sociaux. Il nous est présenté en une minute par Mme Valérie MONTANDON.

Mme Valérie MONTANDON. - Merci.

Les problèmes de mal-vivre, tels que les infractions dans les parties communes, les stationnements sauvages et autres incivilités ne sont pas révolus au sein du bâtiment du square Contenot.

Lors d?une réunion des locataires du square Contenot en février dernier, il a été constaté une exaspération croissante de la part des locataires, gardiens et acteurs sociaux.

D'ailleurs, des associations qui étaient annoncées à cette réunion pour organiser des activités avec des locataires ne se sont même pas présentées.

Les problèmes d?insécurité, liés aux regroupements nocturnes de personnes, de bandes, sont toujours d'actualité dans le quartier.

Pour toutes ces raisons, il nous paraît irresponsable de vouloir sur-densifier cet ensemble.

Au lieu de vouloir faire de la quantité, juste pour communiquer sur les chiffres, faites de la qualité. Préoccupez-vous de la qualité de vie des Parisiens au quotidien.

Le square Contenot est très représentatif de cette cassure des liens sociaux.

Ainsi, nous émettons le v?u que le Maire de Paris et le président de "Paris Habitat" suspendent le projet de construction de 92 logements sociaux du square Contenot et que le commerce de proximité, qui ne demande qu'à exister, soit maintenu.

Nous souhaitons aussi qu?y soit étudié un projet alternatif en vue d?y construire un lieu intergénérationnel, une crèche et une résidence pour personnes âgées, ce qui permettrait de réaliser des économies d'échelle, avec par exemple la centralisation de la cantine, l'installation d'un lieu de détente afin de favoriser les liens intergénérationnels et de maintenir l'activité du commerce.

Merci.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

M. Jean-Yves MANO a la parole.

M. Jean-Yves MANO, adjoint. - Nous touchons bien là au caractère contradictoire des demandes, dont certaines nous demandent de densifier la Ville alors que d'autres, systématiquement, le refusent.

Je pense qu?il y a une concertation avec les habitants. Bien évidemment, ce projet va se développer parce que nous sommes capables également dans ce site de proposer des produits spécifiques qui rendent des services, y compris aux habitants eux-mêmes de l'ensemble immobilier, parce que, oui, il y a besoin de cohabitation, oui, il y a besoin de logements adaptés aux personnes âgées, tout ce que nous développerons dans ce nouveau projet.

Bien évidemment, nous sommes contre le v?u qui nous est proposé.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Christophe NAJDOVSKI a demandé une explication de vote.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Je voudrais dire à Mme MONTANDON et aux élus U.M.P. que le projet de construction de 92 logements sociaux sur l?avenue de Gravelle, dans le 12e arrondissement, comprend également une crèche de 66 berceaux.

Suspendre le projet comme vous le souhaitez reviendrait à suspendre la crèche et à retarder sa livraison d?un ou deux ans, voire davantage.

Une concertation a déjà été organisée en 2009 dans le 12e arrondissement, avec une réunion publique à laquelle était présents Jean-Yves MANO et Michèle BLUMENTHAL, à l'école de la rue de la Brèche-aux-Loups.

Les interrogations qui s?étaient alors exprimées portaient sur le maintien d'un commerce de proximité, d'une boulangerie rue de Gravelle, pour laquelle un travail est entamé par "Paris Habitat" pour trouver une solution avec le boulanger en question.

Nous avons besoin de logements accessibles à Paris pour permettre à la majorité des gens de pouvoir se loger. Qui, en effet, peut acheter un logement à Paris, si ce n'est les 5 à 10 % les plus aisés ou les personnes déjà propriétaires d'un logement et avec un apport financier conséquent.

Pour loger les infirmières, éboueurs, enseignants, fonctionnaires de police, auxiliaires de puériculture qui viendront travailler dans la future crèche, il nous faut des logements à loyers abordables, et c'est l'objet de ce projet de 92 logements et de la crèche que les parents ou futurs parents du quartier attendent. Il est important de garantir avec ces logements la mixité sociale que nous voulons préserver à Paris.

C?est pour cette raison que je voterai, comme l'Exécutif et Jean-Yves MANO, contre ce v?u.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, ce v?u avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est donc rejeté.