Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

135 - 2011, Vœu déposé par le groupe UMPPA relatif aux effectifs dans les équipements petite enfance du 17e arrondissement.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2011



 

M. Bernard GAUDILLIÈRE, adjoint, président. - Nous passons au v?u n° 76 relatif aux effectifs dans les équipements petite enfance du 17e arrondissement, déposé par le groupe U.M.P.P.A.

La parole est à Mme Laurence DOUVIN, pour une minute.

Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Monsieur le Maire.

Je voudrais me faire l'écho des préoccupations des élus du 17e arrondissement concernant le manque d?effectifs croissant dans les établissements de la petite enfance de notre arrondissement, puisque nous considérons que les personnels qui sont soit en formation, soit en arrêt maladie, ne font l'objet d'aucun remplacement, que bien entendu cela pose des problèmes d'organisation du personnel qui sont extrêmement difficiles à résoudre.

La maire du 17e arrondissement, Brigitte KUSTER a alerté le Maire de Paris par deux courriers en date du 18 février et du 21 mai 2010. Le Maire de Paris a pris acte dans sa réponse de cette pénurie mais sans apporter de solution.

Or, depuis plusieurs semaines, des établissements ne peuvent plus assurer l'accueil des enfants et nous avons dû fermer des sections, par exemple à Marguerite Long, Lecomte, Sainte-Croix et Brunetière.

Il manque en effet plus de 20 personnes qualifiées dans ces différentes crèches. Bien entendu, vous imaginez la situation pour les parents, en termes d'organisation personnelle ou professionnelle.

C?est pourquoi nous demandons que la Mairie de Paris réponde au plus vite au manque de personnels dans les établissements d'accueil de la petite enfance du 17e arrondissement.

Je vous remercie.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Madame.

La parole, pour vous répondre, est à Mme Maïté ERRECART.

Mme Maïté ERRECART, adjointe. - Je voudrais d'abord vous dire, Madame, que nous sommes totalement conscients de la nécessité de gérer au plus près les besoins d'accueil des personnels de service dans les établissements du 17e arrondissement, comme dans tous les arrondissements.

Il importe toutefois de ramener les questions que vous évoquez à leur juste proportion.

Dans l'avant-dernier considérant de votre v?u, il est ainsi affirmé que plus de 20 personnes qualifiées manquent actuellement dans différentes crèches de l'arrondissement.

S'il existe bien des vacances de postes - nous ne les nions pas, nous le regrettons -, elles ne sont actuellement qu?au nombre de neuf, plus exactement de sept auxiliaires de puériculture et de deux postes d'éducatrices qui viennent d'ailleurs d'être comblés, sur un total de 393 postes équivalents temps plein dans les établissements du 17e, soit moins de 2 %.

Concernant les absences de courte durée, des remplacements ponctuels sont assurés dans la mesure du possible. Cela a été notamment le cas à la crèche Lecomte.

Même s'il y a des absences, je ne peux pas accepter un v?u affirmant que les personnels en formation ou en arrêt maladie, sur des périodes de courte ou de longue durée, ne font l'objet d'aucun remplacement.

De même, vous mentionnez des fermetures de section dans cinq structures. Or, il n'y a eu récemment que deux fermetures ponctuelles de section. Ce qui est affirmé dans ce v?u est donc inexact.

Contrairement à ce que vous écrivez aussi, dans un autre considérant où il est affirmé que le Maire de Paris se contente de prendre acte de la pénurie de personnels, sans apporter de solution concrète, je puis vous assurer que nous prenons bien le problème des absences et des remplacements à bras-le-corps.

On a déjà longuement évoqué cette question hier.

Nous nous trouvons certes dans un contexte difficile, avec une pénurie nationale de personnels formés aux métiers de la petite enfance, par exemple par le Concours national d?E.J.E. organisé en 2009.

Face à cette pénurie, la Ville de Paris a d'ailleurs pris l'initiative d'une convention tripartite signée en janvier 2010 avec la région et l'académie de Paris pour augmenter d'ici 2013 le nombre de personnels formés aux métiers de la petite enfance, afin que les postes créés puissent être pourvus.

La Ville a également demandé en vain jusqu'à présent au ministre chargé de la petite enfance de lancer un plan national de formation aux métiers de la petite enfance, eu égard à la politique volontariste de création de places de crèche que nous avons.

Je tiens à rappeler qu?entre 1995 et 2001, seuls 1.895 places avaient été créées à Paris, dont seulement 20 places dans le 17e arrondissement, alors qu'entre 2001 et 2008, nous avons créé 5.816 places en crèche, dont 509 dans le 17e arrondissement, et que nous sommes en train de déployer notre contrat de mandature avec 4.500 places supplémentaires entre 2008 et 2014.

Compte tenu de ces éléments et notamment des nombreuses inexactitudes de votre v?u qui tendent à faire croire que la Ville serait indifférente et ne ferait rien, je ne peux donc pas accepter le v?u que vous proposez, mais, par contre, j'invite évidemment votre adjoint à la petite enfance à venir et à participer à la réunion que nous allons organiser avec Christophe NAJDOVSKI sur les questions du remplacement, où nous examinerons toutes les préconisations que nous pouvons retenir pour réduire les tensions qui, je dois le reconnaître, existent.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Madame.

Je mets donc aux voix le v?u, à moins que vous ne le retiriez, Madame DOUVIN ?

Mme Laurence DOUVIN. - Je ne retire pas ce v?u, puisque la constatation de situations existantes ne nous amène pas du tout aux mêmes chiffres que Mme ERRECART, nous ne considérons pas non plus les mêmes catégories de personnel. Nous cherchons surtout à apporter des solutions concrètes aux problèmes des familles.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 76 avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est rejeté.