Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

4 - Mouvements au sein de l'Administration

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1998


M. LE MAIRE DE PARIS. - Mes chers collèges, responsable de l'Administration municipale, il m'appartient d'en assurer le fonctionnement régulier mais aussi de l'inciter à se moderniser pour fournir aux Parisiens des services toujours améliorés, dans un souci de qualité au moindre coût.
C'est la tradition de notre Administration. C'est la raison de la légitime fierté de ces fonctionnaires dont je connais et salue la capacité d'innovation et la rigueur de la gestion.
Notre Administration n'est ni statique ni figée dans des habitudes ou des certitudes. J'en suis, bien sûr, en tant que Maire, le garant et j'assume mon rôle de chef de cette Administration en donnant les instructions, en m'assurant qu'elles sont exécutées, en procédant aux nominations des emplois administratifs.
Avec mes adjoints et, notamment, M. Jacques DOMINATI, Premier adjoint, nous faisons confiance à notre Administration pour mettre en oeuvre les priorités de la Municipalité.
Avec l'aide de mon adjointe, Mme Claude-Annick TISSOT, il m'appartient aussi d'être en contact avec les interlocuteurs syndicaux, que je connais bien depuis longtemps et que je respecte.
Le Secrétaire général, qui reçoit ses instructions directement par moi ou par le Directeur de mon cabinet, coordonne et dirige l'action de la vingtaine de directions de la Ville. Il joue donc un rôle-clé en veillant à la bonne exécution de mes directives et en procédant aux arbitrages entre services.
M. le Préfet LE TALLANDIER de GABORY, qui assumait cette tâche difficile depuis 2 ans, vient de me présenter sa démission. Je l'ai immédiatement acceptée. Pour ma part, j'ai travaillé pendant 2 ans avec ce haut fonctionnaire dans une relation de respect, d'intelligence et de confiance que je salue.
J'ai décidé de nommer M. Bernard BLED pour lui succéder.
(Applaudissements sur les bancs des groupes " Rassemblement pour Paris " et " Paris-Libertés ").
Je confie à M. Christian PONCET la direction de mon cabinet.
(Applaudissements sur les bancs des groupes " Rassemblement pour Paris " et " Paris-Libertés ").
Je confierai au Secrétaire général la tâche de poursuivre l'action de modernisation de l'Administration que j'ai engagée depuis ma prise de fonction et qui s'était traduite dans la réforme des structures il y a 2 ans. A ce titre, j'ai fait part à notre Assemblée, à la fin de l'an dernier, de mon souhait de confier à un cabinet extérieur une mission d'assistance au fonctionnement de notre Administration. Je souhaite, en effet, une gestion plus moderne et plus dynamique.
Cette mission, menée par le cabinet " O.G.T. ", associé à " DELOITTE & TOUCH ", vient d'être achevée. J'ai tenu à ce que l'analyse du processus décisionnel de la gestion de l'encadrement, mais aussi l'identification des leviers d'amélioration, soit conduite en privilégiant les contacts avec les directeurs, les sous-directeurs et les cadres de la Ville.
Je viens de disposer des conclusions de cette mission. Avec le Premier adjoint, je les présenterai à mes adjoints concernés et je prendrai vite les décisions que j'estime nécessaires pour améliorer le fonctionnement des services. Je vous présenterai ces décisions lors de notre prochain Conseil, le 5 octobre, et bien évidemment, comme je l'ai toujours fait depuis ma prise de fonction, je rendrai publics les éléments de constat et d'analyse menée en toute indépendance par ce cabinet.
Voilà, mes chers collègues, ce que je voulais vous dire au début de notre séance.
Ne faisons pas de l'Administration parisienne un sujet de débat politique ou de polémique. au-delà des questions de personnes, qui sont à mon sens importantes mais secondaires (et pas secondes, bien sûr, je le précise), si lacompétence et la motivation des responsables sont essentielles, bien sûr, c'est surtout la qualité du service rendu à nos concitoyens qui m'importe.
Je vous en remercie.
(Applaudissements sur les bancs des groupes " Rassemblement pour Paris " et " Paris-Libertés ").
Monsieur DELANOË, vous avez la parole.
M. Bertrand DELANOË. - Monsieur le Maire, très brièvement, vous avez bien fait d'aborder cette question.
En effet, la semaine dernière, on a ressenti comme un malaise, puisqu'il y a eu d'abord des informations de presse sur d'éventuels changements...
A droite. - Quelle presse ?
M. Bertrand DELANOË. - ... Peu importe... ensuite une démission du fonctionnaire le plus important.
Il était donc tout à fait utile que vous donniez quelques brèves explications.
Premièrement, je veux m'associer aux propos que vous tenez, de respect de l'ensemble des fonctionnaires qui travaillent pour la Ville de Paris et pour les Parisiens.
deuxièmement, je veux exprimer mon sentiment de respect, de sympathie au Secrétaire général démissionnaire. Je veux simplement témoigner que pendant le temps qu'il a passé dans cette fonction les rapports avec les élus, l'ensemble des élus, ont été des rapports de respect, de loyauté réciproques, chacun dans ses fonctions.
deuxièmement, puisque vous nous annoncez la nomination de Bernard BLED qui est un fonctionnaire de la Ville que l'on connaît depuis longtemps, je veux lui souhaiter pour cette mission et pour les Parisiens les voeux tout à fait normaux de réussite.
En revanche, Monsieur le Maire, si vous avez raison de dire que les fonctionnaires, tous les fonctionnaires du bas en haut de l'échelle doivent être profondément respectés, je pense que vous avez aussi raison de dire que la manière dont ils sont dirigés, dont ils exécutent leur tâche, est de votre responsabilité, à vous, Monsieur le Maire, et donc que puisqu'il y a un audit, puisque vous avez l'intention avec votre premier adjoint et vos autres adjoints de prendre un certain nombre de décisions, et de nous les communiquer, je crois en tant qu'élus de la Ville de Paris que nous devrions être destinataires de cet audit, avant même de le rendre public.
Je crois qu'une bonne conception de l'Administration au service des choix démocratiques du suffrage universel - vous êtes la majorité, nous sommes la minorité - serait, Monsieur le Maire, avant de commenter vos décisions futures , d'être en situation de bénéficier, nous aussi, de l'analyse complète qui est faite du fonctionnement de l'Administration parisienne.
Je crois que sans polémiques qui mettent en cause les personnes, il est sain que l'ensemble des élus de la Capitale puissent se poser la question du fonctionnement, de l'efficacité du service donné aux Parisiens par l'Administration qui est sous votre contrôle, sous votre direction, mais aussi sous notre responsabilité en tant qu'élus.
Donc je vous demande, Monsieur le Maire, de nous donner toutes les informations de cet audit, et de ne pas seulement nous communiquer les décisions, mais de nous mettre en situation de vous faire des suggestions sur le fonctionnement de l'Administration parisienne au service des Parisiens.
(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, du Mouvement des citoyens et communiste).
M. LE MAIRE DE PARIS. - Chers collègues, référez-vous aux déclarations que j'ai faites dans mon intervention qui répondent au souhait général et à la conception d'ouverture, de dialogue et d'information totale.
Rien ne sera caché sur ces études, sur les propositions, et sur les décisions que je prendrai, et je viens d'annoncer qu'il y aura un débat au Conseil de Paris qui se fera avec tous les éléments permettant d'apprécier.