Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2 - Condoléances

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1998


M. LE MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, le Conseil de Paris a appris avec beaucoup de tristesse et d'émotion le décès, survenu le 30 août 1998, de M. Auguste GILLOT, ancien Conseiller général de la Seine.
(Les Conseillers se lèvent).
Ouvrier forgeron en carrosserie, M. Auguste GILLOT adhère en 1925 au Parti communiste français.
Pendant l'occupation, il réorganise clandestinement le Parti communiste et les F.T.P.F., notamment dans l'Eure, en 1942.
En août 1943, Auguste GILLOT représente son parti au Conseil national de la Résistance, dont il présidera la Commission de la Justice. A ce titre, il prendra une part active à l'élaboration du programme du C.N.R.
Le 26 août 1944, lors de la Libération de Paris, il descend les Champs-Elysées avec les dirigeants de la Résistance et aux côtés du Général de Gaulle.
Par la suite, il siège à l'Assemblée consultative.
Il est élu Maire de Saint-Denis en avril 1945, mandat qu'il conservera jusqu'en 1971.
M. Auguste GILLOT siège également, de 1945 à 1967, au Conseil général de la Seine, où il représente successivement le 5e, puis le 21e Secteur de banlieue.
Il participera à ce titre aux travaux de la Commission du budget, de la 5e Commission permanente (aménagement-habitation) et de la Commission mixte des Transports.
M. Auguste GILLOT était décoré notamment de la Croix de Guerre, de la Médaille de la Résistance avec rosette. Il était Chevalier de la Légion d'Honneur et appartenait au Comité d'Honneur de l'Association nationale des anciens combattants de la Résistance.
En mon nom et au nom du Conseil de Paris, j'exprime les condoléances attristées de notre Assemblée à la veuve de M. Auguste GILLOT, à ses enfants et petits-enfants, ainsi qu'à sa famille et à ses amis.
Je vous demande de bien vouloir respecter une minute de silence.
(L'Assemblée, debout, observe une minute de silence).