Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

49 - 2011, Vœu déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés relatif à l’attribution du nom de Jean Allemane au square Saint-Ambroise (11e).

Débat/ Conseil municipal/ Février 2011



 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du v?u référencé n° 42 dans le fascicule, déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, relatif à l?attribution du nom de Jean Allemane au square Saint-Ambroise, dans le 11e arrondissement.

Je donne la parole à M. Philippe DUCLOUX.

M. Philippe DUCLOUX. - Merci, Monsieur le Maire.

Je voudrais associer, bien entendu, Patrick BLOCHE à ce v?u, ainsi que François VAUGLIN, qui est présent à mes côtés, en tant que chargé de l?urbanisme dans le 11e arrondissement.

A l?approche du 140e anniversaire de la Commune de Paris et considérant le rôle important joué par le 11e arrondissement pendant la Commune, considérant que Jean Allemane ?monte? à Paris avec ses parents en 1853. Ouvrier typographe, il s?engage dans la lutte syndicale et est emprisonné en 1862 pour avoir participé à la première grève des typographes, la grève étant, bien entendu, alors encore interdite.

En tant que caporal de la Garde nationale pendant le siège de Paris en 1871, il se rallie à la Commune, dont il devient l?une des figures les plus populaires dans le 5e arrondissement. Caché à Belleville, rue Levert, pendant la Semaine sanglante, il est arrêté et condamné à la déportation en Nouvelle-Calédonie en 1872.

Il sort du bagne en 1879 à la faveur de la loi d?amnistie et adhère au premier mouvement socialiste qui vient de se créer. Dans les divisions qui traversent alors le mouvement socialiste, il est le tenant, face au socialisme marxisant de Jules Guesde, d?un socialisme libertaire qui s?oppose aux bureaucraties et privilégie l?action syndicale.

En 1891, il fonde le Parti ouvrier socialiste révolutionnaire, un parti qui se réclame du socialisme antiautoritaire dans la tradition de la Commune. En 1899, au congrès d?unification socialiste de la salle Japy, il suit Jaurès, puis participe à la fondation de la S.F.I.O. en 1905.

En 1901, à la faveur d?une élection partielle, il est élu député du 11e arrondissement face à un antisémite notoire. Battu par un nationaliste en 1902, il retrouve son siège de député en 1906, sous l?étiquette de la S.F.I.O. Battu à nouveau en 1910, il redevient simple militant. En 1914, il soutient la politique d?union sacrée suivie par la S.F.I.O. Au moment du Congrès de Tours, en 1920, il manifeste ses sympathies pour le jeune Parti communiste, sans toutefois y adhérer, pour les mêmes raisons qui l?avaient amené à s?opposer au guesdisme. Il meurt en 1935 à Herblay, à l?âge de 92 ans.

Au-delà de son itinéraire politique, de ses responsabilités partisanes et de ses fonctions électives, Jean Allemane est un militant des Droits de l?Homme et de la démocratie.

Au moment de l?affaire Dreyfus, se démarquant de nombre de ses camarades socialistes qui renvoyaient dos à dos dreyfusards et antidreyfusards, il soutient Jaurès et est l?un des premiers à s?engager sous la bannière de la défense républicaine aux côtés de Jaurès, des radicaux et autres ?républicains bourgeois?.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Il faut conclure?

M. Philippe DUCLOUX. - Je conclus, Monsieur le Maire, et je dirai que de même, ses ?Mémoires d?un Communard?, publiées en 1910, autant qu?une autobiographie, sont une vigoureuse dénonciation du bagne et du système pénitentiaire.

C?est pourquoi, Monsieur le Maire, sur proposition de Patrick BLOCHE, de Philippe DUCLOUX, de François VAUGLIN et des élus socialistes, radicaux de gauche et apparentés, le Conseil de Paris émet le v?u que le nom de Jean Allemane soit attribué à l?un des beaux squares du 11e arrondissement : le square Saint-Ambroise.

Je vous remercie.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - La parole est à Mme GIBOUDEAUX.

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe. - Monsieur le Maire, j?aimerais dire l?importance de commémorer ce moment très historique, très important pour Paris qu?est la Commune. Je pense même que nous ne le faisons pas assez : il n?y a pas assez de lieux publics, de places qui pourraient commémorer ce moment important.

Évidemment, c?est avec un avis très favorable que je m?associe au maire du 11e arrondissement, d?autant plus qu?en tant qu?élus du XXe arrondissement, nous sommes concernés par l?histoire de Jean Allemane, et c?est avec beaucoup de plaisir que je donne un avis favorable.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Madame.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, assortie d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2011, V. 16).