Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

93 - 2011, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à l’entretien des ascenseurs dans le parc de logements sociaux parisiens.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2011



 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du v?u référencé n° 81 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A., relatif à l?entretien des ascenseurs dans le parc des logements sociaux parisiens.

La parole est à Mme DOUVIN, pour une minute.

Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Monsieur le Maire.

Le mois dernier, nous avons appris qu?un jeune homme handicapé est resté prisonnier de son logement social pendant un mois en raison d?une panne d?ascenseur.

Bien entendu, nous sommes tous, ici, disposés à considérer que cette situation est inadmissible, mais elle est malheureusement emblématique des dysfonctionnements continus qui existent entre les ascensoristes et les bailleurs sociaux.

Or, la Ville de Paris a le contrôle de cinq bailleurs sociaux parisiens qui gèrent 190.000 logements et 8.000 cabines d?ascenseur.

Vous vous souvenez que nous avons eu un rapport de la mission d?information et d?évaluation sur les ascenseurs, qui a d?ailleurs été adopté à l?unanimité de ses membres.

Nous demandons donc aujourd?hui que la Ville de Paris prenne ses responsabilités pour que des situations de blocage semblables à celle-ci ne puissent plus exister et concrétise dans les meilleurs délais les recommandations de la mission d?information et d?évaluation sur les ascenseurs, notamment en mettant en place une charte des ascenseurs, en incitant les bailleurs sociaux à recruter des techniciens conseils ascensoristes qui apparemment manquent et ensuite en créant des dispositifs de veille de la Ville de Paris pour accélérer la réparation des pannes.

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame DOUVIN.

Je donne la parole à M. MANO.

M. Jean-Yves MANO, adjoint. - Le problème des pannes d?ascenseur est connu et la mission qui a été menée sur le territoire parisien a donné un certain nombre de conclusions qui sont déjà mises en ?uvre par l?ensemble des bailleurs sociaux parisiens.

Elles ont déjà des résultats probants, puisque l?ensemble des ascensoristes a été forcément mobilisé par les conclusions et par l?application stricte des pénalités notamment.

Il suffit de taper au portefeuille pour s?apercevoir que, tout d?un coup, ce qui n?était pas possible devient possible dans des délais beaucoup plus brefs.

D?ailleurs, les pannes d?ascenseurs sur Paris, qui étaient supérieures à la moyenne de l?Ile-de-France, sont aujourd?hui inférieures. C?est ce que nous pouvons constater après quelques mois.

Nous sommes extrêmement vigilants. L?ensemble des bailleurs sociaux a pour mission, vous le savez bien, de répondre favorablement (c?est la moindre des choses) à l?attente de leurs locataires en matière d?accessibilité à leur logement.

Je ne veux pas vous dire que je suis ravi de ce qui s?est passé dans ce cas particulier. De ce cas particulier, ne faisons pas une généralité, mais prenons acte du fait que l?ensemble des bailleurs sociaux sur le territoire parisien a pris ce problème à bras-le-corps, a des négociations différentes avec les ascensoristes qui sont forcés, qu?ils le veuillent ou non, de respecter les termes de leur contrat pour une réparation rapide, une efficacité probante et, qu?on le veuille ou non, pour l?essentiel, aient des services à disposition des locataires sans pour autant que la Ville de Paris ait besoin d?aller créer une cellule de veille ni d?embaucher des spécialistes qui contrôleront ce que les contrôleurs des bailleurs sociaux feront sur les ascenseurs. Tout ceci n?est pas utile.

Restons-en où nous en sommes, on fait déjà preuve d?une certaine efficacité.

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Il y a une demande d?explication de vote de M. BROSSAT.

M. Ian BROSSAT. - Juste un mot et cela ira dans le sens de ce que disait M. MANO. On ne dira jamais assez la responsabilité des ascensoristes dans cette affaire.

Pour revenir sur l?affaire de cet ascenseur qui est resté en panne pendant un mois et qui a fait un handicapé comme victime dans le 19e arrondissement, le lendemain du jour où l?article est paru dans le journal ?Libération?, le lendemain ! L?ascenseur était réparé.

Pourquoi est-ce que ce qui était possible le lendemain du jour où cet article était publié n?a pas été possible un mois plus tôt ? C?est quand même que l?ascensoriste pouvait tout à fait réparer cet ascenseur et qu?ils ont préféré attendre un mois.

Cela montre quand même que dans cette affaire, il y a une irresponsabilité manifeste des ascensoristes, et je pense que l?un des mérites de cette mission d?information est d?avoir pointé la responsabilité de ces entreprises.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Président.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposé par le groupe U.M.P.P.A., assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.