Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

23 - 2011, DDEEES 2 - Signature d’une convention avec l’association Prestige des Gobelins (13e) pour l’attribution d’une subvention pour les illuminations de fin d’année 2010. - Montant : 24.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2011



 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous passons maintenant en 2e Commission, et nous examinons le projet de délibération DDEEES 2 relatif à la signature d?une convention avec l?association ?Prestige des Gobelins? (13e), pour l?attribution d?une subvention de 24.000 euros pour les illuminations de la fin de l?année 2010.

C?est Mme Danielle FOURNIER qui interroge Mme Lyne COHEN-SOLAL.

Madame la Présidente ?

Mme Danielle FOURNIER. - Merci.

Je prends prétexte de cette délibération localisée dans le 13e arrondissement pour évoquer, comme cela a été fait plusieurs fois ici à l?initiative du groupe ?Europe Écologie - Les Verts et Apparentés?, la question des subventions pour soutenir les illuminations de Noël.

Depuis sept ans maintenant, à l?occasion des fêtes de fin d?année, la Ville propose aux associations de commerçants de s?inscrire dans une opération d?envergure qui s?intitule ?Paris illumine Paris?, ces illuminations devant prendre en compte dès l?année dernière des préoccupations qui étaient les suivantes : développement durable, économies d?énergie et innovation.

Pour ces illuminations qui viennent de s?achever, l?opération s?est déroulée sur plus d?une centaine de lieux grâce au soutien de la mairie qui s?ajoute aux efforts des commerçants et d?autres structures partenaires comme la Chambre de commerce et d?industrie de Paris et l?Office du tourisme et des congrès de Paris.

Je voudrais formuler trois remarques à propos de cette question.

Tout d?abord, la prise en compte de la donnée énergétique dans les illuminations de Noël et le fait d?avoir généralisé les L.E.D. et les ampoules basse consommation a entraîné une baisse des consommations très sensible, ce dont nous nous réjouissons tous, j?imagine.

Un gain des dépenses d?éclairage est possible en faisant évoluer les installations actuelles, notamment en privilégiant les ampoules efficaces en énergie. C?est pourquoi nous souhaitons que ce qui a été possible pour les illuminations se généralise pour l?ensemble des bâtiments municipaux.

D?autre part, à propos de la maîtrise des dépenses, nous avions proposé dans un v?u il y a plus d?un an, presque deux, que les illuminations de Noël soient mises en place début décembre et soient démontées au plus tard mi-janvier, et qu?elles soient mises en service à partir de la tombée de la nuit et éteintes à partir de minuit. Il nous semble que malgré notre insistance, cette proposition n?a pas été suivie d?effets sur tous les sites concernés, aussi souhaiterions-nous avoir un bilan précis de l?application du v?u en terme de durées d?illumination.

Il serait vraiment dommage de perdre, en allongeant la durée d?illuminations, ce qui a été gagné en faisant évoluer les matériels.

Enfin, une campagne de communication a sensibilisé les Parisiens et les touristes aux efforts engagés. Un site est mis en place, un affichage est fait sur le réseau municipal et une information est transmise sur les journaux municipaux de la Ville.

Pour notre part, nous avons relevé que cette communication a pris sur les Champs-Elysées une ampleur et un style qui sont en contradiction avec les effets recherchés et affirmés, tels que nous les comprenons. En effet, le long de l?avenue, ont été disposé des kakémonos où on lisait le logo de la Mairie de Paris, celui de Peugeot et celui de General Electric.

La relation avec le développement durable et les économies d?énergie, que j?évoquais au tout début, n?est vraiment pas évidente et, s?il s?agit d?une innovation, elle nous semble particulièrement déplacée, à l?heure où on discute du nouveau règlement de publicité à Paris et de la diminution de la place de la publicité. Comme de nombreux Parisien, nous avons été choqués par cette installation, qui découle peut-être de l?article 4 de la convention que signe la Ville avec les associations de commerçants, qui prévoit la mention du soutien de la Ville sur tout support de communication et dont nous proposons, si c?est le cas, qu?il soit revu pour éviter d?entrer en contradiction avec d?autres règlements de la Ville.

Nous attendons donc la réponse qui pourra nous être faite avant d?écrire au Préfet pour qu?il saisisse la Commission des sites sur cette question précise des kakémonos sur les Champs-Elysées.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame FOURNIER.

Monsieur LEBEL va intervenir, bien qu?il ne soit pas maire du 13e arrondissement.

Mais je vous donne la parole rapidement, puisque les Champs-Elysées ont été évoqués.

M. François LEBEL, maire du 8e arrondissement. - Effectivement, Monsieur le Maire, les Champs-Elysées ont été évoqués et je ferai remarquer à l?intervenante que ce n?est pas la première fois qu?il y a ces fameux kakémonos.

Je serais assez d?accord avec elle quant aux kakémonos si ceux-ci ne permettaient pas à l?Association des commerçants des Champs-Elysées de supporter les frais considérables des illuminations des Champs-Elysées. Je veux bien que l?on retire les fameux kakémonos, j?en serais même tout à fait ravi, mais, à ce moment-là, qui va payer les illuminations qui coûtent un demi-million d?euros chaque année ? Evidemment, si c?est la Ville, tout va bien, mais, comme cela ne me semble pas devoir être le cas, je crains qu?il faille en l?occurrence faire une petite exception et accepter que, pour avoir des Champs-Elysées illuminés, il y ait ces malheureux kakémonos.

Voilà ce que je voulais préciser. Je vous remercie, Monsieur le Maire.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur LEBEL.

Je donne la parole à Mme Lyne COHEN-SOLAL pour répondre à Mme FOURNIER.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe au nom de la 2e Commission. - Merci beaucoup, Monsieur le Maire.

Madame FOURNIER, ce n?est pas la première fois que nous discutons ensemble et devant l?ensemble du Conseil de Paris, de la façon dont sont mises en place les illuminations des commerçants subventionnés par la Ville de Paris. Vous conviendrez que l?on avance un peu, pas aussi rapidement que nous le voudrions, en tout cas que vous le voudriez, vous, mais on avance un peu.

Juste une petite correction au passage.

?Paris illumine Paris?, c?est surtout payé par les commerçants, par la Ville, un peu par l?Office du tourisme, pas du tout par la Chambre de Commerce et d?Industrie de Paris. Je vous le dis au passage !

D?autre part, sur le fait que les commerçants reçoivent une lettre de moi-même, au nom du Maire de Paris, pour leur dire quelle subvention ils auront et comment cette subvention doit être utilisée, il est noté, comme il l?avait été voté d?ailleurs dans le v?u que vous aviez présenté, que nous leur demandons d?éclairer à partir de la tombée de la nuit jusqu?à minuit. C?est donc noté sur chaque lettre qu?ils reçoivent. Nous demandons aux maires d?arrondissement, évidemment, de nous aider à faire respecter les choses, dans un dialogue avec les associations de commerçants. Je ne veux pas commencer à faire du flicage des associations de commerçants pour leur dire d?éteindre à minuit et non pas à minuit et demi, mais on essaie de faire les choses d?une manière agréable, si j?ose dire, en tout cas concertée.

Je demanderai aussi à nos collègues maires d?arrondissement de pouvoir expliquer l?intérêt d?éteindre en pleine nuit les illuminations de commerçants et d?éteindre aussi ces illuminations à partir de mi-janvier. Même si elles restent accrochées, parce que tout le monde ne peut pas les enlever au même moment, on ne les allume plus. C?est une forme d?argumentation qui peut passer dans tous les sens et avec les maires d?arrondissement.

Pour les Champs-Elysées, M. LEBEL a un peu répondu, je suis assez d?accord avec lui : le Comité des Champs-Elysées fait sponsoriser - quand on est d?accord sur des choses évidentes, autant le dire ! - les illuminations des Champs-Elysées par des groupes privés, parce que la Ville de Paris ne veut pas donner plus sur les Champs-Elysées. Donc, effectivement, en échange, ces groupes demandent d?être affichés.

On pourrait peut-être examiner avec le Comité des Champs-Elysées s?il n?y a pas d?autres moyens de remercier ces groupes de leurs dons, mais je ne peux pas vous dire exactement à quoi on parviendra. En tout cas, on peut tout à fait lui demander de reprendre les discussions avec ses sponsors, pour voir s?il est possible de faire autre chose que ces kakémonos? qui ne sont pas très artistiques !

Voilà, Madame FOURNIER, en tout cas, je vous demanderai de bien vouloir voter cette délibération pour aider les illuminations de commerçants à se déployer sur Paris, parce que c?est aussi comme cela qu?est Noël.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame COHEN-SOLAL.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 2.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l?unanimité. (2011, DDEEES 2).