Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

71 - 2011, Vœu déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif au soutien à la mobilisation des directrices et adjointes des établissements de petite enfance municipales. Vœu déposé par l’Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2011



 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen des v?ux référencés n° 59 et n° 59 bis dans le fascicule, déposés par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche et l?Exécutif, relatif au soutien à la mobilisation des directrices et adjointes des établissements de petite enfance municipales.

Mme Danielle SIMONNET nous présente le n° 59 en une minute et M. Christophe NAJDOVSKI lui répondra.

Mme Danielle SIMONNET. - Mes chers collègues.

Les responsables et les adjointes de crèche, de jardins d?enfants et de halte-garderie se sont mis en grève le mardi 1er février dernier pour interpeller notre ville de Paris au sujet de la dégradation sensible de leurs conditions de travail et du mal-être dont elles sont victimes dans l?exercice de leur métier. Cela a provoqué la fermeture de près de la moitié des 430 crèches municipales parisiennes.

Il faut considérer, mes chers collègues, et prendre conscience que ces directrices de crèche sont des puéricultrices et n?en peuvent plus parce qu?elles croulent sous la multiplication des tâches administratives liées à la gestion dans chaque structure (tarifications, prélèvements, encaissements mais aussi pointage manuel des familles et des personnels).

Que cela les éloigne du c?ur de leurs métiers de puéricultrice pour lesquels elles sont nommées.

Que cela fait pâtir le suivi du projet pédagogique de l?établissement, l?accompagnement de l?équipe des professionnels, le soutien à la parentalité, la veille sur les conditions d?accueil et la mise en place de conditions d?accueil garantissant la sécurité physique et affective des enfants.

Que cela crée une intrusion dans la relation de coparentalité avec les familles quand vous êtes à ce point-là à l?intérieur de la vie matérielle de la famille.

Donc, à travers ce v?u, mes chers collègues, nous souhaitons que la Ville de Paris, qui est en ce moment même, par ailleurs, en négociation avec ces personnels, entende leurs attentes, leurs aspirations car cela relève de l?intérêt général, de l?accueil de tous les petits Parisiens et Parisiennes.

Donc, nous demandons notamment que soit étudiée la gestion des tarifications, prélèvements et encaissements, et pourquoi pas leur prise en charge de manière centrale dans chaque arrondissement. C?est bien ainsi que cela fonctionne pour l?ensemble des services périscolaires.

Que des moyens suffisants puissent être accordés aux structures de la petite enfance pour créer des postes qui puissent alléger l?ensemble de ces tâches administratives.

Que l?on puisse enfin étudier un volant de remplacement efficient pour palier les absences prévisibles et un poste budgétaire par établissement qui soit dédié aux remplacements non prévisibles.

Attention, mes chers collègues, le problème de sous-effectif, dans l?ensemble des équipes de la petite enfance, crée une situation potentiellement source de maltraitance institutionnelle possible.

Je termine, mes chers collègues.

Les compétences et fonctions de ces directrices et adjointes doivent être mieux valorisées au niveau salarial, et des mesures de fidélisation de l?ensemble des personnels de la petite enfance doivent être absolument trouvées.

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Christophe NAJDOVSKI.

Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Je voudrais dire tout d?abord que nous sommes tout à fait conscients des difficultés auxquelles sont confrontés les responsables et les adjointes de la petite enfance à Paris.

Ce sont des métiers qui ont profondément évolué ces dernières années, avec des personnels qui sont d?une compétence reconnue et qui font un travail remarquable au sein de la Ville de Paris. Il est vrai qu?un certain nombre de tâches administratives est venu s?ajouter aux différentes tâches qui incombent aux responsables des établissements.

Nous sommes dans une discussion, qui a démarré déjà à la fin de l?année 2010 et qui s?est poursuivie au début de cette année. J?ai pu recevoir l?intersyndicale déjà à plusieurs reprises le 14 janvier, une deuxième fois le 1er février, le 4 février dernier encore et nous avons à nouveau une réunion programmée le 16 février prochain.

Les discussions qui sont en cours actuellement avec l?intersyndicale concernent précisément, Madame SIMONNET, les questions que vous avez abordées, puisque nous discutons organisation, conditions de travail des responsables, reconnaissance des responsabilités et des fonctions, gestion des absences et des remplacements, fidélisation des agents. C?est aussi la question de la tarification, des prélèvements, des encaissements.

Toutes ces questions sont donc sur la table, c?est aussi la question du volant de remplacement, pour lesquelles nous avons élaboré également un calendrier de discussions et d?actions.

En réponse au v?u que vous formulez, l?Exécutif propose un v?u qui précise un certain nombre de choses, à savoir que ce dialogue social qui est engagé avec les représentants des responsables et des adjoints se poursuive, de manière approfondie, que ces échanges débouchent sur des propositions concrètes (c?est le souhait de tous), aussi bien concernant l?organisation des conditions de travail des responsables que celles des adjoints, la reconnaissance de leurs responsabilités et de leurs fonctions, y compris d?un point de vue indemnitaire.

Au terme de ces échanges, bien entendu, nous présenterons une information la plus complète possible à destination des élus du Conseil de Paris.

Je vous propose, si vous le voulez bien, d?ajouter au v?u de l?Exécutif le fait que nous prenons l?engagement complémentaire, moyennant le retrait de votre v?u, que la gestion des tarifications, prélèvements et encaissements soit étudiée afin d?alléger les tâches administratives et de préserver la relation des directrices avec leurs parents.

Deuxièmement, que soit étudié un volant de remplacement efficient pour pallier les absences prévisibles et un poste budgétaire par établissement, dédié aux remplacements non prévisibles et, enfin, que les compétences et fonctions des directrices et adjointes puissent être mieux valorisées au niveau salarial.

Nous prenons cet engagement et, en contrepartie, je vous demande de bien vouloir retirer votre v?u au profit de celui de l?Exécutif.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci de cette précision.

Je prends acte du retrait du v?u n° 59. Voulez-vous nous le confirmer, Madame SIMONNET ?

Mme Danielle SIMONNET. - Que l?on s?entende bien.

A travers le v?u, tel qu?il est amendé par l?Exécutif, nous avons donc trois éléments qui sont partiellement repris du v?u présenté par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche.

Nous voyons bien que l?ensemble des éléments de notre v?u n?est pas repris, moyennant quoi nous souhaitons vraiment que ces négociations puissent aboutir et surtout qu?elles puissent aboutir sur des engagements qui se traduisent dans les faits, maintenant, pas en 2012.

Les éléments ne sont pas datés, mais on doit se le dire en responsabilité, ici oralement. Ce n?est pas au-delà de 2012 que les choses doivent avancer, c?est vraiment maintenant qu?il faut que cela puisse progresser.

Nous prenons nos responsabilités, nous retirons notre v?u, mais sachez que nous serons très attentifs à l?évolution de ces négociations et que nous tenons absolument à ce que, sur ces différents aspects, elles puissent aboutir le plus rapidement possible.

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci. Le plus tôt sera le mieux.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - C?est notre souhait également. Des mesures seront mises en ?uvre dès 2011, dès cette année, mais aussi d?autres mesures pour lesquelles nous sommes tributaires de calendriers pour lesquels nous ne pouvons pas modifier les choses.

Je pense notamment à la mise en place de ?Facil?Familles? qui est prévue pour 2012 et qui ne dépend pas que des secteurs de la petite enfance.

Il y a des éléments spécifiques au secteur de la petite enfance, pour lesquels nous avancerons bien entendu à très court terme, dès ce premier semestre de l?année 2011.

C?est un engagement qui est pris.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u amendé, déposé par l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté à l?unanimité. (2011, V. 28).

Merci.