Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

21 - 2011, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à l’évolution des modes de vie des Parisiens.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2011



 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen du v?u référencé n° 20 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A., relatif à l?évolution des modes de vie des Parisiens.

M. Thierry COUDERT va le présenter en une minute et M. Mao PENINOU, qui est très attentif, donnera l?avis de l?Exécutif.

Monsieur COUDERT ?

M. Thierry COUDERT. - Monsieur le Maire, un certain nombre de grandes expositions parisiennes, dans des musées nationaux ou dans des musées municipaux, ont connu une affluence certaine ces dernières années et l?organisation de nocturnes a permis de renforcer cette affluence, mais aussi de constater que de plus en plus de populations étaient attirées par l?organisation d?expositions en nocturne.

C?est pourquoi, par delà ces événements ponctuels, on peut en déduire une évolution significative du mode de vie de nos administrés qui rajeunissent globalement, dont le niveau socioculturel s?élève et qui sont plus sensibles à l?ouverture de certaines structures à des horaires différents de ce que c?était par le passé.

Nous souhaiterions donc qu?une réflexion soit engagée pour examiner l?ensemble des horaires d?ouverture des structures socioculturelles, des musées, bien entendu des grands musées pour les grandes expositions, mais aussi des bibliothèques dont on peut regretter qu?elles ferment relativement tôt en semaine ; il serait bon de pouvoir organiser plus systématiquement des nocturnes, qu?il y ait plus de bibliothèques ouvertes le dimanche, nous n?en sommes qu?à un stade expérimental aujourd?hui et cette réflexion pourrait être aussi étendue à d?autres structures comme les piscines pour lesquelles les nocturnes restent relativement millimétrées.

Voilà pourquoi nous souhaiterions que la réflexion engagée tienne plus compte de l?évolution des modes de vie des Parisiens et moins des habitudes des personnels qui y travaillent.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur COUDERT.

M. Mao PENINOU vous répond et donne l?avis de l?Exécutif sur le v?u n° 20.

M. Mao PENINOU, adjoint. - Monsieur COUDERT, chers collègues, depuis 2001, la Municipalité se préoccupe de l?évolution des rythmes urbains, comme en témoigne l?élaboration de politiques temporelles et la création du bureau des temps.

De réels efforts des directions ont été réalisés dans le sens d?une meilleure qualité de l?accueil des usagers dans les équipements municipaux. Le bureau des temps y contribue à travers les études qu?il réalise et des réflexions qu?il mène avec le réseau Tempo Territorial, par exemple, sur l?ouverture des médiathèques le dimanche.

Les Etats généraux de la nuit ont renforcé cette réflexion et abouti à des propositions d?expérimentation : ouverture de salles type foyer dans les centres d?animation par ailleurs largement ouverts en soirée ou ouverture de parcs la nuit, par exemple.

La Ville de Paris a engagé depuis une dizaine d?années une politique très volontariste pour augmenter les heures d?ouverture d?équipements culturels, sportifs ou de loisirs et pour mieux prendre en compte les attentes et le rythme de vie des Parisiens.

Ainsi, pour les piscines, les 29 piscines municipales en régie sont ouvertes de 7 heures à 22 heures 30 du mardi au vendredi inclus, de 11 heures 30 à 22 heures 30 le lundi, ce qui représente un total considérable de 94 heures d?ouverture par semaine.

Sur les 9 piscines en gestion externalisée, 4 d?entre elles proposent des créneaux réguliers le matin de 7 heures à 8 heures 30, les autres ouvrent en général entre 11 heures et midi, mais la priorité a été donnée aux ouvertures en soirée et aux nocturnes, jusqu?à 20 heures, 21 heures, 22 heures suivant les cas, voire minuit le vendredi et le samedi à Edouard-Pailleron.

La question n?est donc pas tant sur les piscines ou le nombre d?heures d?ouverture que sur la répartition entre les trois catégories de publics que sont les scolaires, les associations et les individuels. Il faut noter d?ailleurs que ces individuels étaient minoritaires en 2000. Les politiques menées depuis 2001 ont permis aujourd?hui que la part des individuels soit de 56 %, ce qui est une nette progression.

Sur les bibliothèques, outre un effort d?harmonisation des horaires au sein du réseau des bibliothèques, il faut souligner que certaines bibliothèques ont des horaires de fermeture particulièrement tardifs. Trois bibliothèques ouvrent jusqu?à 22 heures : Mouffetard, Faidherbe et Rostand le jeudi. La bibliothèque Clignancourt ouvre jusqu?à 20 heures les mercredis et vendredis, ainsi que la bibliothèque Jean-Pierre Melville.

D?autre part, les médiathèques Marguerite Yourcenar, François Truffaut ou Marguerite Duras sont maintenant ouvertes le dimanche. Nous continuerons les discussions avec les organisations syndicales avec pour objectif de nouvelles ouvertures dominicales.

Sur les musées, vous avez souligné que des opérations spéciales ont pu être organisées récemment. Notons quand même que sur les expositions temporaires, de manière générale, les fermetures sont à 20 heures au Petit Palais et jusqu?à 22 heures au musée d?Art moderne.

Le projet de création d?un établissement public englobant l?ensemble des musées municipaux qui a été annoncé par le Maire de Paris le 19 janvier dernier, devrait permettre d?aller plus loin dans la recherche d?une meilleure adaptation des horaires, en concertation étroite avec les personnels.

De manière plus générale, être attentif aux évolutions des rythmes ne signifie pas s?adapter et déréguler, suivant en cela le secteur privé qui contraint ses salariés.

Il ne s?agit pas, pour nous, d?une simple démarche d?adaptation aux dérégulations temporelles et à la pression de plus en plus forte qui pèse sur les salariés en ce qui concerne leur temps de travail et leurs horaires, mais de la concrétisation de priorités politiques comme, par exemple, la démocratisation de l?accès à la culture ou le soutien aux familles monoparentales.

La Ville est aussi soucieuse de l?équilibre budgétaire et cherche par des études, y compris localisées, à déterminer précisément quels établissements pourraient voir leurs horaires adaptés.

Cette action doit se faire avec le souci constant de la prise en compte des conditions de vie des agents municipaux et dans le dialogue avec les organisations syndicales qui défendent à juste titre le bien-être temporel des agents de la Ville.

Reste pour la suite de nos actions en ce domaine, nous nous appuierons notamment sur les résultats des enquêtes menées auprès des usagers.

Suite au v?u adopté en Conseil de Paris, une étude qualitative a été effectuée par un prestataire spécialisé, la société Assimis, aussi bien auprès d?usagers que d?agents de la Ville, et complétée par une étude quantitative menée par la société BVA dans le cadre de la démarche qualité.

Il en ressort une satisfaction globale des usagers de 84 %, qui se déclarent très satisfaits ou satisfaits des horaires.

Les établissements évoqués par les usagers sont extrêmement limités et il n?y a pas d?attente avérée de leur part sur des modifications substantielles des horaires actuels. Notons au passage qu?il y a une certaine méconnaissance des horaires réels d?ouverture des établissements de la Ville.

L?ensemble de ces éléments sera rendu public dans les jours qui viennent.

Compte tenu des éléments que je viens de vous apporter, et avec mes collègues Jean VUILLERMOZ, Christophe GIRARD et Danielle POURTAUD, nous demandons donc le retrait de votre v?u et nous appellerons à voter contre.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur PENINOU.

J?interroge M. COUDERT : convaincu par les immenses progrès faits récemment, allez-vous retirer votre v?u ?

M. Thierry COUDERT. - J?en suis tout ébouriffé !

Non, je maintiens mon v?u, Monsieur le Maire.

Avec mes maigres moyens, je suis ébouriffé, bien sûr.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Retirez-vous votre v?u ?

M. Thierry COUDERT. - Nous le maintenons !

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Je vais donc le mettre aux voix.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.M.P.P.A., assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.