Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

54 - 2011, DPVI 27 - Signature de quatre conventions de Gestion Urbaine de Proximité concernant des quartiers faisant respectivement l’objet d’une convention financière avec l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU).

Débat/ Conseil municipal/ Février 2011



 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DPVI 27 relatif à la signature de quatre conventions de gestion urbaine de proximité concernant des quartiers faisant respectivement l?objet d?une convention financière avec l?A.N.R.U.

La parole est à Mme Léa FILOCHE, pour cinq minutes maximum.

Mme Léa FILOCHE. - Merci beaucoup de me laisser la parole sur cette question.

J?interviens sur ce projet de délibération que vous venez de décrire et sur les précédents qui concernent les financements et les subventions aux associations concernant les actions d?appel à projets que nous finançons dans le cadre ?politique de la ville?, qui sont des financements assez importants, autant que la mise en place des conventions de gestion urbaine de proximité.

Les deux projets de délibération, tous les projets de délibération sont d?ailleurs assez liés. Les actions portées par les appels à projets ainsi que les améliorations du cadre de vie dans le cadre de la G.U.P. ont des incidences directes et concrètes sur la vie quotidienne des habitants.

Le montant de l?enveloppe pour l?appel à projets que nous votons aujourd?hui est de 415.950 euros au total, ce qui est déjà une première enveloppe importante et qui va permettre, d?ores et déjà, de pouvoir avoir des actions auprès des habitants des quartiers ?politique de la ville? de Paris.

D?autres suivront dans le courant de l?année et on arrivera à un total de financement d?actions autour de 4 millions d?euros, ce qui est important à noter.

Ces financements d?actions s?inscrivent dans la poursuite de l?effort engagé depuis 2001 et conforté depuis 2007, en direction des territoires prioritaires dans le cadre du nouveau C.U.C.S.

Ils répondent non seulement à des diagnostics concrets que nous renouvelons régulièrement, relevés sur le terrain par des études et des analyses, mais aussi à un constat partagé entre les associations, les acteurs de ces actions et les élus de ces quartiers.

Ce sont près de 330.000 habitants de Paris qui sont concernés dont 24 % de moins de 25 ans, 11 % de plus de 65 ans (les actions s?adressent donc à toutes les générations), 32 % de familles monoparentales en moyenne avec certaines pointes et 16 % de chômeurs.

Ces quartiers ont subi depuis des années les politiques de destruction du cadre social et de la solidarité nationale opérées depuis trop longtemps maintenant par la Droite.

Depuis 2008, ce sont aussi les premières victimes de la crise qui, selon certains d?ailleurs, serait terminée. Mais quand on se promène dans ces quartiers, on voit très bien que cette crise est loin d?être terminée.

Elle est loin d?être finie pour les plus précaires d?entre nous, pour les plus jeunes, pour les plus âgés, pour les plus malades et les perspectives nationales ne vont pas dans le sens de l?amélioration, surtout lorsqu?on relève que le désengagement de l?État en la matière est de plus en plus flagrant.

Ces habitants, déjà gravement touchés par le chômage et la précarité, qui n?ont jamais été aussi importants dans notre pays, ont donc besoin d?interventions concrètes et régulières pour améliorer leur quotidien.

Une priorité particulière est donc donnée aux programmes d?action portant sur les thèmes suivants : l?emploi, l?insertion, le développement économique, le développement du lien social, de l?accès au droit et de la citoyenneté, l?amélioration de l?habitat, du cadre de vie et du renouvellement urbain, l?éducation, la jeunesse, le sport, la santé, la prévention de la délinquance ou encore la culture. Tous ces thèmes sont prioritaires pour nos actions.

En parallèle, Paris a entamé en 2002 un grand projet de renouvellement urbain par le biais du G.P.R.U. sur 11 sites parisiens.

Parmi eux, quatre sites font l?objet d?une convention avec l?A.N.R.U. dont on vient de parler, ce qui permet de mobiliser des fonds de l?État, au moins sur ce point, moins que ce que l?on espérait, d?ailleurs.

Le pilotage de ces G.U.P. s?est voulu au plus proche des habitants, permettant ainsi de réagir rapidement aux soucis liés aux travaux relevés par les habitants, les partenaires, les directions et les élus.

Il est donc organisé en deux niveaux, au niveau politique se réunissant une à deux fois par an et au niveau technique se réunissant autant que de besoin.

C?est pour les habitants de ces quartiers, l?amélioration de leur cadre de vie, l?animation de leur quartier et la mise en perspective des jeunes et des moins jeunes que je vous remercie par avance de bien vouloir voter tous ces projets de délibération.

Merci beaucoup.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame la Conseillère.

La parole est à Mme Gisèle STIEVENARD.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, au nom de la 5e Commission. - Mme Léa FILOCHE a eu raison de souligner à quel point la politique de la ville est une façon de conduire des actions transversales et globales sur un territoire donné.

On agit à la fois sur le bâti, sur le cadre de vie, mais, nous en parlions précédemment, sur l?insertion professionnelle des habitants, sur la culture, sur la santé, bref tous les domaines de la vie sont concernés.

A cet égard, lors de ce Conseil, nous présentons 12 projets de délibération portant sur des subventions accordées à 84 associations qui mènent des actions très variées dans huit arrondissements (10e, 11e, 13e, 14e, 17e, 18e, 19e et 20e arrondissements) pour un montant de 415.950 euros.

En effet, sur l?année, c?est plus d?un million d?euros qui ira au soutien à la vie associative de proximité, ce qui favorise le lien social dans ces quartiers.

Je tiens à exprimer également mes préoccupations pour 2011 car, du coté de l?État, s?annoncent des réductions de crédit de l?ordre de 20 % avec des répercussions négatives très concrètes.

L?autre projet de délibération a trait à la gestion urbaine de proximité dans les quatre sites A.N.R.U. : Port Pouchet (17e), porte Montmartre-Clignancourt et la Goutte-d?Or (18e) et la résidence Michelet (19e). Ces conventions actent la démarche de gestion urbaine de proximité, qui est déjà à l??uvre dans nos quartiers.

A partir de diagnostics, on repère les problèmes dans l?espace public et on recherche les meilleures solutions pour les traiter. L?originalité réside dans la démarche partenariale. Mairies d?arrondissement, services de la Ville, bailleurs, maîtres d?ouvrage, forces de police, associations et représentants des habitants, se réunissent ainsi régulièrement au sein de cellules de veille, pour décider des interventions à effectuer et assurer un suivi.

Cette démarche innovante, participative permet très vite de déceler les problèmes et d?apporter le traitement adéquat. Les habitants y sont très attachés car c?est la preuve de la considération que nous leur portons tout simplement.

C?est important, notamment lors des phases de chantiers liées aux opérations de rénovation urbaine. Je vous engage à voter favorablement ces projets de délibération.

Merci.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame la Maire.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPVI 27.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2011, DPVI 27).