Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

24 - 2011, DDEEES 19 - Signature d’une convention avec l’association des commerçants Lecourbe Cambronne ACLC (15e) pour l’attribution d’une subvention pour les illuminations de fin d’année 2010. - Montant : 29.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2011



 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DDEEES 19 relatif à la signature d?une convention avec l?Association des commerçants Lecourbe Cambronne (A.C.L.C.), dans le 15e arrondissement, pour l?attribution d?une subvention de 29.000 euros pour les illuminations de la fin de l?année 2010.

Par parenthèse, on paie fin 2010 ou début 2011. Je me souviens d?une époque où on mettait beaucoup plus de temps.

C?est M. Jean-Baptiste MENGUY qui a la parole et pas vous, Monsieur le Maire.

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Merci, Monsieur le Maire. De toute façon, je n?aurais pas dit mieux que le maire du 15e, donc vous voyez comme quoi on se bat !

Oui, quand de bonnes choses sont dites, on ne peut que les saluer !

Je profite donc de ce projet de délibération pour insister sur la situation particulièrement difficile des associations de commerçants du 15e puisque, encore une fois, on constate le désengagement quasi-total de la Ville de Paris pour soutenir ces structures qui participent d?une certaine cohésion dans le quartier, d?une animation qui, pour les commerçants, sont particulièrement importants.

Encore une baisse pour l?Association des Commerçants Lecourbe Cambronne, présidée avec talent par Bernard VANDENDRIS. Le compte n?y est pas, encore une fois. On l?a dénoncé, le maire du 15e l?a dénoncé, le député du 15e Sud l?a également dénoncé dans des courriers, des v?ux. Chaque fois, nous répétons que la crispation qui se crée petit à petit au sein de ces structures est très dommageable pour les illuminations et pour l?animation des quartiers.

Une association Boucicaut Félix Faure n?a pas pu faire des illuminations cette année. La présidente d?une autre association a failli démissionner, constatant que, de toute façon, la Ville de Paris faisait en la matière une politique pour le moins de terre brûlée.

Il faut relever également une certaine contradiction entre les propos des élus de la majorité municipale, puisqu?on voit qu?il y a désaccord dans les déclarations entre le Maire et l?adjointe sur la question du mécénat ; on a des déclarations d?élus de gauche au sein du conseil d?arrondissement qui ne sont pas raccord avec ce qui est fait dans les délibérations. Donc, je crois qu?il convient d?envoyer un signe fort aux associations de commerçants du 15e en leur disant que les montants qu?ils demandent, ce n?est pas pour la galerie, ce n?est pas pour faire joli, c?est seulement pour financer. C?est basé sur des devis et c?est quelque chose de cohérent. Diminuer leur subvention chaque année, franchement, ce n?est pas leur faire un beau cadeau de Noël ou, en tout cas, ce n?est pas participer à l?animation du quartier.

Philippe GOUJON est intervenu plusieurs fois. On essaie de les aider, même matériellement quand c?est possible, et c?est très difficile. Je crois que cette délibération est un nouveau coup porté aux associations de commerçants qui, croyez-le, suivent avec beaucoup d?attention les débats sur ces questions en conseil d?arrondissement et en Conseil de Paris et croyez bien que les présidentes et les présidents d?associations de commerçants et tous les membres de ces associations sont très vigilants sur les suites que vous donnez, ou plutôt les suites que vous ne donnez jamais à leurs demandes que nous relayons avec beaucoup d?insistance parce que cela est important. Quand vous vous baladez dans les quartiers du 15e, l?avenue Félix Faure qui n?est pas illuminée, franchement, c?est triste à voir et c?est triste pour l?activité économique de ces commerçants.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur MENGUY.

Je donne la parole à Mme COHEN-SOLAL pour vous répondre.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, au nom de la 2e Commission. - Merci.

Je voulais dire à M. MENGUY, mais peut-être aussi à M. GOUJON, que ses déclarations sont totalement exagérées : parler de désengagement total et absolu de la Ville de Paris pour les illuminations de commerçants, alors que nous avons, à ce Conseil de Paris, plus de 200.000 euros répartis en subventions pour les associations de commerçants, que nous versons très vite les subventions, alors que, comme le disait Christian SAUTTER, quand je suis arrivée à ma délégation, il fallait attendre quasiment un an pour cela, je trouve naturellement qu?il y a une exagération.

Je crois pouvoir dire que nous suivons avec beaucoup d?intérêt et que nous accordons beaucoup de soutien aux efforts que les commerçants font partout dans Paris pour animer cette ville et animer les commerces.

Nous faisons en sorte que cette énorme somme d?argent que nous mettons au service des illuminations des commerçants chaque année soit répartie au mieux.

Evidemment, beaucoup d?associations demandent qu?on les aide. 84 associations ont sollicité la Ville de Paris pour l?année 2010-2011 pour faire ces illuminations, 84 associations qui chacune savent que la subvention représente 30 % du devis présenté, dont le paiement arrive après présentation, naturellement, des factures.

La règle du jeu est évidente, elle est extrêmement claire pour tout le monde et les commerçants savent exactement à quoi s?attendre.

Si vous voulez, en tant que mairie d?arrondissement, les aider, Monsieur GOUJON, ou Monsieur MENGUY, je n?ai rien du tout contre le fait que le maire d?arrondissement paie par exemple la communication des illuminations des commerçants du 15e arrondissement, cela les aidera beaucoup.

Je comprends tout à fait qu?ils vous le demandent également. Je vous en prie, ne vous gênez pas. Nous, la Ville de Paris, faisons en sorte de donner beaucoup d?argent de manière extrêmement équitable et extrêmement claire et nous continuerons à le faire.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame COHEN-SOLAL.

Justement, M. GOUJON demande la parole.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - Pour remercier Mme COHEN-SOLAL de sa proposition !

Je rappelle simplement que le budget de la Ville de Paris en fonctionnement est d?un peu plus de 7 milliards d?euros et que celui du 15e arrondissement tangente les 10 millions ! C?est juste pour établir un petit ordre de comparaison entre les capacités budgétaires de la Ville et celles du 15e.

Ce n?est pas pour autant que nous n?avons pas décidé de contribuer à ce financement des associations de commerçants pour les illuminations de Noël, dès lors que nous avons constaté que le montant remboursé par la Ville passait de 50 % à moins de 30 %.

En effet, l?association dont il s?agit (je pourrais citer les autres dans le 15e) bénéficiait d?une subvention de 50.000 euros jusqu?en 2007 et, aujourd?hui, comme vous l?avez dit, Monsieur le Maire, c?est une subvention de 29.000 euros, même pas 30 %, mais 28 % du montant qui est accordée?

Il a fallu effectivement qu?en tant que Maire du 15e, j?arrive à débloquer une somme de 31.000 euros pour les quatre associations qui ont accepté de faire des illuminations.

Une a refusé de le faire et une autre ne l?a fait que parce que, justement, j?ai pu obtenir exceptionnellement cette rallonge.

Avouez que, lorsqu?on a un budget de 10 millions d?euros, ce n?est pas la même chose que lorsqu?on a un budget de plus de 7 milliards.

Je regrette qu?en cette période de crise économique où les commerçants devraient être davantage aidés, et beaucoup réalisent une grosse partie de leur chiffre d?affaires pendant les fêtes de Noël, la Ville ne s?engage pas plus à leurs côtés.

En tout cas, la mairie du 15e a fait cet effort exceptionnel. Elle ne pourra pas le refaire chaque année étant donné les restrictions budgétaires.

Je compte à nouveau, Madame COHEN-SOLAL, c?est l?intérêt général, l?intérêt économique de Paris, sur le fait que l?an prochain vous puissiez rehausser le niveau des subventions aux associations de commerçants pour les illuminations de Noël.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur GOUJON.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 19.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l?unanimité. (2011, DDEEES 19).