Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

69 - 2011, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif au stade du “Saut-du-Loup”.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2011



 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du v?u référencé n° 67 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A., relatif au stade du ?Saut-du-Loup?.

La parole est à M. Pierre AURIACOMBE qui va nous le présenter.

M. Pierre AURIACOMBE. - Merci.

Pour faire plaisir à M. VUILLERMOZ, je vais essayer de ne pas opposer sport amateur et sport professionnel, mais essayer au contraire de les faire travailler ensemble.

Nous connaissons tous le stade du Saut du Loup, dans le 16e arrondissement, dans le bois de Boulogne, qui fait pas mal parler de lui ces derniers temps.

Vous connaissez le club de l?A.C.B.B., un des plus vieux clubs de rugby franciliens. L?A.C.B.B., pour des raisons historiques, joue sur ce stade du Saut-du-Loup depuis des années. C?est un club très dynamique, avec plus de 700 licenciés et notamment, la pratique du sport féminin que souhaite tant développer la Ville de Paris ainsi que les clubs et la Fédération française de rugby.

Un tiers des membres de l?A.C.B.B. sont parisiens et ce club de sport amateur a besoin d?un espace adapté à la pratique de ses activités physiques. Par ailleurs, nous en sommes convaincus, le Stade Français souhaite également disposer de terrains d?entraînement, ce qui est légitime, et il envisage actuellement de récupérer les terrains du Saut du Loup.

Ce que nous demandons aujourd?hui, et cela va vous faire plaisir, Monsieur VUILLERMOZ, c?est de trouver un terrain d?entente entre sport professionnel et sport amateur, que le travail en cours entre le Maire de Paris et le Maire de Boulogne-Billancourt se poursuive et permette, tout en conciliant l?entraînement des joueurs professionnels du Stade Français, de donner la priorité à la pratique du sport de proximité et associatif pour un club des plus anciens et prestigieux de la ligue de rugby d?Ile-de-France.

Merci, Monsieur le Maire.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - La parole est à M. Jean VUILLERMOZ pour répondre.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint. - Je n?arrête pas de travailler à essayer de trouver des solutions dans cette ville et aussi au niveau de la Région.

En même temps, je suis étonné que vous ne parliez que de l?A.C.B.B., parce que vous devriez aussi savoir que le Stade Français, c?est-à-dire les équipes amateurs du Stade Français, qui sont aussi nombreux que les 750 licenciés de l?A.C.B.B. n?ont aucun terrain sur Paris !

Il faut être clair, il est vrai que l?A.C.B.B. joue et s?entraîne sur deux terrains au Saut-du-Loup, mais je voudrais que vous compreniez bien que les 700 mômes et les 700 licenciés du Stade Français n?ont aucun terrain pour Paris.

M. Pierre AURIACOMBE. - Nous sommes d?accord sur ce point.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint. - C?est donc aussi un réel problème pour le Stade Français.

Concernant le Saut du Loup, j?ai évidemment rencontré le Maire de Boulogne-Billancourt en mai 2010 pour lui dire expressément et directement que la Ville de Paris ne renouvellerait pas la concession du Saut du Loup qui arrive à échéance en mars 2011. D?ailleurs, je l?avais averti bien avant mais personne n?en avait tenu compte. J?ai rencontré également le responsable, le président de l?A.C.B.B., avec les familles qui étaient venues me voir en manifestation, il y a de cela quinze jours à l?Hôtel de Ville, pour les informer de la situation - là encore, je l?avais fait bien avant - et commencer à réfléchir sur les solutions d?accueil.

Je leur ai dit, depuis longtemps, que nous avions deux ans pour trouver les solutions. Deux ans, pourquoi ? Parce que c?est vrai qu?à partir de la saison 2013-2014, le Stade français, le club du top 14, arrivera sur Jean Bouin, le nouveau stade Jean Bouin reconstruit, qu?il aura forcément besoin d?un terrain d?entraînement et que nous n?avons pas d?autres terrains d?entraînement pour l?instant que ceux qui sont sur le Saut-du-Loup.

Il faut bien comprendre une chose. Une fois que le stade Jean Bouin est reconstruit, cela veut dire quoi ? Cela veut dire que c?est le nouveau site du Stade français. C?est-à-dire qu?il y aura tout sur le stade Jean Bouin : il y aura les salles de musculation, les salles d?entraînement, un gymnase sous la pelouse, il y aura les bureaux, les salles de massage, il y aura donc le lieu de vie du Stade français. Donc, il n?est pas question que, comme avant, le Stade français puisse aller s?entraîner sur un terrain très loin, ou de façon nomade comme il le faisait quand il jouait ses matchs à Jean Bouin.

Donc, une nouvelle situation qui demande un terrain d?entraînement proche. C?est dans ce sens que nous souhaitons que l?un des terrains du Saut du Loup soit réservé à l?entraînement de l?équipe du top 14 du Stade français.

Nous avons déjà dit à l?A.C.B.B. que sur les deux terrains il n?y en aurait qu?un qui serait destiné au Stade français et que sur l?autre, on souhaitait évidemment que les 350 enfants de l?école de rugby de l?A.C.B.B. puissent continuer, évidemment s?ils le souhaitent, à rester sur le Saut-du-Loup.

Nous continuons la réflexion. Vous savez que, malgré un certain nombre de réticences de la part d?un certain nombre d?élus du 16e arrondissement, nous allons en septembre 2012 ouvrir un nouveau terrain en synthétique et éclairé sur les pelouses d?Auteuil et que cela ouvre aussi des perspectives. Mais il faut penser que cela ouvre aussi des perspectives pour les équipes amateurs du Stade français, et pas seulement pour les équipes de l?A.C.B.B.

Évidemment, il y a le problème qui nous est posé. Le Saut du Loup, pour l?instant, l?A.C.B.B. le considérait comme un terrain qui appartenait à Boulogne. Ce n?est pas un terrain qui appartient à Boulogne, mais un terrain qui appartient à Paris et c?est vrai qu?il est compliqué, à Paris, d?avoir suffisamment de terrains pour l?ensemble des équipes, et notamment des équipes de rugby.

Le rugby devient le deuxième grand sport d?équipe et, à partir de là, il faut lui ouvrir des terrains. C?est ce que nous essayons de faire à Paris. Ce que nous souhaitons, Monsieur AURIACOMBE - si vous le rencontrez, dites-lui - c?est que le maire de Boulogne Billancourt prenne en compte le fait que l?A.C.B.B. est un club de Boulogne Billancourt. A partir de là, il serait totalement logique que le maire de Boulogne Billancourt puisse réfléchir à donner des terrains à son club. Pour l?instant, malheureusement, nous ne voyons rien venir de ce côté-là.

Les solutions que nous allons essayer de trouver sur les deux ans à venir, nous souhaitons évidemment que le maire de Boulogne Billancourt, de son côté, participe activement à la recherche de terrains pour ses équipes.

Je le dis pour Boulogne Billancourt, je le dis pour l?ensemble des communes de la région Ile-de-France, et notamment de celles qui sont les plus proches de Paris parce que, de toute façon, il manque des terrains de grand jeu dans cette partie de la métropole. Donc, il faudra bien que chacun y mette un peu du sien.

Mais, encore une fois, Monsieur AURIACOMBE, je vous demande de penser que lorsqu?on a un club de rugby, il faut essayer de s?y intéresser pour essayer de lui donner des conditions d?entraînement et de matchs suffisamment intéressantes.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Ce v?u fait donc l?objet d?un avis défavorable de l?Exécutif.

M. Pierre AURIACOMBE. - Je n?ai pas très bien compris pourquoi il est défavorable.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Je crois que les uns et les autres ont pu expliquer leur position. On ne va peut-être pas rouvrir le débat maintenant.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.M.P.P.A., assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Je vous remercie.

Merci, Jean VUILLERMOZ.