Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

34 - 2011, Vœu déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif à la répression syndicale et aux conditions de travail à La Poste. Vœu déposé par l’Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2011



 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous passons à l?examen des v?ux référencés n° 31 et n° 31 bis dans le fascicule, déposés par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche et l?Exécutif, relatifs aux conditions de travail à La Poste.

La parole est à Mme Hélène BIDARD, pour une minute.

Mme Hélène BIDARD. - Monsieur le Maire, chers collègues, nous nous inquiétons très fortement, et les syndicats avec nous, de voir glisser la gestion des Ressources humaines de La Poste vers une gestion tristement semblable à celle justement contestée à France Télécom. En France, on dénombre d?ores et déjà 70 suicides chez les salariés de La Poste lors de ces derniers mois.

C?est, dans ce contexte, une véritable catastrophe humaine qui est en cours dans ce qui devrait être un grand service public de la communication.

Nous refusons que se poursuive cette situation dans notre ville. Ce sont les entreprises, les usagers, tout le quartier Bréguet et le 11e arrondissement qui sont touchés de plein fouet et c?est à ce titre-là que nous devons, élus parisiens, interpeller la direction de La Poste. Alors que salariés, usagers et élus se sont prononcés à de multiples reprises pour montrer leur fort engagement pour un service public postal de proximité, nous demandons l?annulation du licenciement de Christophe DARE, militant syndical, et sa réintégration. Parce que nous refusons que soit bafoué le droit syndical à Paris, nous demandons qu?aucune sanction ne soit prise à l?encontre de Maria TRAORE, secrétaire de section syndicale C.G.T. du bureau de poste Bréguet 11e.

Enfin, nous demandons la mise en place de mesures visant à remédier à la souffrance au travail et à l?absence de dialogue social au sein de l?entreprise, dans l?intérêt des personnels mais également des usagers et de l?avenir de La Poste.

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame.

La parole est à M. Christian SAUTTER.

M. Christian SAUTTER, adjoint. - Monsieur le Maire, Mme Hélène BIDARD et le v?u n° 31 attirent l?attention de notre Conseil sur un sujet qui est très, très sensible, qui se situe au sein du bureau de distribution postale situé dans le 11e arrondissement, rue Bréguet. C?est un dossier très sensible : la preuve en est que le conseil du 11e arrondissement a adopté un v?u à une très large majorité, manifestant une très grande émotion sur cette question.

C?est pourquoi l?Exécutif a repris dans un v?u, le n° 31 bis, l?ensemble des considérants figurant dans le v?u du 11e arrondissement et, alors que les relations avec La Poste qui se situe au sein de la Commission départementale de présence postale que préside Jacques BRAVO sont d?ordinaire assez franches mais assez constructives, il y a là un problème tout à fait grave.

Ce que je propose dans le v?u de l?Exécutif qui, je crois, est tout à fait raisonnable, c?est :

- que le Conseil de Paris réaffirme l?attention qu?il porte au plein exercice de la liberté syndicale ;

- que les conditions de travail au bureau de poste de la rue Bréguet fassent l?objet d?un examen attentif ;

- enfin, que les conditions d?un dialogue social conforté soit de nouveau réunies dans l?intérêt du service rendu aux Parisiennes et aux Parisiens.

Je pense très sincèrement que le v?u n° 31 bis est très proche de la préoccupation exprimée par le v?u n° 31. Peut-être ne va-t-il pas jusqu?à, si je puis dire, s?impliquer dans ce qui est un conflit syndical à l?intérieur d?un bureau de poste parisien, mais je crois que ce v?u insiste sur, comme, je crois, l?a dit Mme BIDARD et comme l?ont dit la majorité des élus du 11e arrondissement, la liberté syndicale, sur la qualité du service public qui pourrait être compromise dans la Capitale, et nous nous sommes exprimés souvent, je parle du Conseil de Paris, nous avons exprimé une préoccupation souvent très forte en la matière en ce qui concerne le service public postal et nous encourageons le dialogue social à être rétabli là où il a été interrompu.

J?appelle donc Mme BIDARD à bien vouloir retirer son v?u n° 31. Sinon, je serai obligé, ce que je regretterai, mais je le ferai quand même, de donner un avis défavorable.

Je propose le v?u n° 31 bis qui, sur le fond, a le même message, peut-être dans une forme qui est plus adéquate.

Merci.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire.

Le v?u n° 31 est-il maintenu ?

Mme Danielle SIMONNET. - Comme l?a dit M. SAUTTER, étant donné que le v?u n° 31 bis va vraiment dans le même sens que notre v?u, nous le retirons.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Le v?u n° 31 est donc retiré.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté. (2011, V. 10).