Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

82 - QOC 98-294 Question de Mme Danièle GIAZZI, MM. Gérard LEBAN et Dominique CANE à M. le Préfet de police concernant la petite délinquance et l'incivisme dont sont victimes les habitants du 16e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1998


Libellé de la question :
" Mme Danièle GIAZZI, MM. Gérard LEBAN et Dominique CANE souhaitent appeler l'attention de M. le Préfet de police sur la petite délinquance et l'incivisme dont sont victimes les habitants du 16e arrondissement. Ils ont constaté une recrudescence des " tags " sur les façades des immeubles.
Mme Danièle GIAZZI, MM. Gérard LEBAN et Dominique CANE souhaitent savoir quelles dispositions peuvent être mises en oeuvre pour remédier à cet état de fait. "
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
" L'augmentation du nombre des destructions et dégradations de biens privés (excepté les véhicules) n'est pas confirmée puisque les statistiques enregistrées sur le 16e arrondissement, de janvier à août 1998, indiquent une baisse de 12,5 % par rapport à la même période de 1997.
Ces données chiffrées témoignent de l'action constante des services de police locaux face à ce type d'infractions.
S'agissant plus particulièrement des dégradations par graffitis, des dispositions spécifiques ont été prises au niveau du commissariat de l'arrondissement.
Ces dernières se traduisent, notamment, par des conférences données à l'intérieur des établissements scolaires, dans le cadre du partenariat Police-Education nationale, par une sensibilisation particulière des îlotiers face à ce problème, ainsi que par des contacts réguliers avec les riverains.
Depuis le début de l'année, 5 auteurs de graffitis ont été interpellés dans le 16e arrondissement et mis à la disposition de la Police judiciaire.
Cette action sera bien entendu poursuivie avec détermination afin de répondre le plus efficacement possible aux attentes dont vous avez bien voulu me faire part. "