Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

85 - 2 - Questions orales du groupe des Indépendants. QOC 98-311 Question de Mme Marie-Thérèse JUNOT et des membres du groupe des Indépendants à M. le Préfet de police concernant l'utilisation des patins à roulettes sur la voie publique

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1998


Libellé de la question :
" Un phénomène récent et principalement urbain, la pratique du " roller " connaît à Paris une véritable explosion, à tel point que se pose désormais un problème de sécurité entre les patineurs à roulettes et les autres usagers du bitume, piétons, cyclistes et automobilistes.
La sécurité n'est plus assurée et le nombre de plaintes augmente. Quelles mesures M. le Préfet de police prévoit-il pour permettre une meilleure cohabitation rollers-passants, puisqu'il s'agit d'un moyen de déplacement à part entière ? "
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
" Dans le silence des textes, une jurisprudence ancienne a assimilé les utilisateurs de patins à roulettes aux piétons, dans la mesure où cette pratique concernait, jusqu'il y a peu de temps, pour l'essentiel de jeunes enfants.
Il est indéniable que le phénomène a pris une ampleur et une signification nouvelle depuis que le patin à roulettes est désormais pratiqué par de nombreux adultes, pour lesquels c'est devenu un véritable mode de déplacement urbain.
Aussi, compte tenu du développement important de cette pratique, un groupe de réflexion a été mis en place sous l'égide du Ministère de la Jeunesse et des Sports.
Cette structure, constituée au cours de l'été 1997, comprend des représentants des Ministères de l'Intérieur, de l'Equipement, des Transports et du Logement, de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement, de la Jeunesse et des Sports, de la prévention routière, de l'Observatoire des Déplacements urbains de la Ville de Paris, ainsi que des représentants des secteurs associatifs et sportifs.
Un représentant de la Préfecture de police participe également aux travaux depuis le début de l'année 1998.
L'objectif de ce groupe de travail est, d'une part, de mieux connaître les adeptes de ce sport et leurs différentes pratiques, et, d'autre part, d'étudier les incidences du développement important de cette pratique en milieu urbain sur le partage de l'espace public.
Les aspects juridiques et réglementaires de la mise en place d'un statut du " Roller ", ainsi que ses incidences sur le Code de la route sont étalement étudiés au sein de cette instance.
Plusieurs initiatives ont par ailleurs été prises par la Préfecture de police pour veiller à la sécurité des utilisateurs de rollers ainsi qu'à celle des autres usagers de la voie publique, je pense en particulier aux piétons.
C'est ainsi qu'en juin dernier, j'ai créé une unité de policiers en rollers, chargés d'assurer un encadrement mieux adapté des différentes manifestations en rollers qui se déroulent régulièrement à Paris, et plus spécialement de la randonnée du vendredi soir, qui rassemble plusieurs milliers de pratiquants de cette discipline. "