Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

III - Question d’actualité du groupe du Mouvement républicain et citoyen à M. le Maire de Paris relative à l’illé-trisme et à l’enseignement du français à Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2007


 

M. LE MAIRE DE PARIS. - La parole est à Liliane CAPELLE.

Mme Liliane CAPELLE. - L?I.N.S.E.E. a publié la semaine dernière une étude édifiante sur l?illettrisme en Ile-de-France aujourd?hui. Il est évident que Paris, c?ur de la Région est particulièrement concernée. Près d?un million de personnes sont en très grande difficulté face à l?écrit. Ces chiffres posent un véritable problème non seulement par leur ampleur, mais aussi par la diversité des situations qu?ils recouvrent. La grande difficulté face à l?écrit touche tous les âges. Elle concerne aussi des Franciliens ayant été scolarisés en France, comme des Franciliens n?ayant pas reçu de formation initiale dans notre pays.

Monsieur le Maire, mes chers collègues, vous le savez, notre société vit un grave processus d?atomisation. Les constructions communautaires prospèrent, les identités, les mémoires se livrent une dure concurrence. Dans ce contexte, la langue française constitue le premier espace commun pour les citoyens et son enseignement un premier moyen pour refaire la société. La parfaite maîtrise du français constitue un préalable en même temps qu?un puissant facteur d?intégration. Elle est un pilier de la République et de la Nation.

Les élus du groupe M.R.C. qui rencontrent souvent des situations difficiles dans leur permanence et dans leur arrondissement avaient demandé, lors du travail de préparation de la contribution parisienne au S.D.R.I.F., la mise en place d?un véritable service public de l?enseignement du français. Nous le déplorons, cette proposition progressiste n?a pas été reprise dans le projet de S.D.R.I.F. que s?apprête à adopter le Conseil régional. Nous aurions pourtant aimé que la Région y porte autant d?attention qu?elle en porte au projet tout au fait intéressant de lycée international en Val-de-Marne destiné à accueillir les enfants des cadres supérieurs étrangers.

De plus, nous sommes, il faut bien le dire, dans le flou complet en ce qui concerne la structure qui va remplacer le F.A.C.I.L. à deux étages, régional, local et qui avait cette vocation. Mon groupe souhaiterait donc savoir, Monsieur le Maire, quelles sont les actions portées par la Ville de Paris en matière d?enseignement du français et s?il existe aujourd?hui des perspectives de création d?un véritable service public de l?enseignement du français pour tous les âges.

Je vous remercie.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci. Vous, vous êtes restée dans votre temps de parole.

M. Eric FERRAND va en faire autant.

M. Eric FERRAND, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Le groupe M.R.C. a raison de se saisir de cette question très importante, c?est-à-dire la question de l?acquisition et de la maîtrise de la langue qui est un outil essentiel d?indépendance et de liberté de nos concitoyens. D?ailleurs, la Ville s?en est saisie dès 2001. Je ne vais pas faire ici tout l?inventaire des dispositifs que nous avons développés ou mis en place depuis 2001, tout au long de la vie.

Commençons quand même par l?école maternelle où nous donnons tous les moyens possibles pour la scolarisation des plus petits, la scolarisation précoce avec l?installation des espaces premiers livres, 200 espaces premiers livres dans nos écoles, avec des animateurs formés pour cela. Je rappelle également les dispositifs que nous avons mis en place depuis 2001 dans le premier degré : les dispositifs ?coup de pouce? que nous avons étendus cette année au collège, en sixième, et avec l?action collégiens, ce sont en tout 15.000 élèves qui bénéficient de cette aide à la maîtrise de la langue et à un dispositif totalement gratuit.

Et puis, pour les adultes, il y a le Service public municipal des cours municipaux d?adultes. Nous avons doublé depuis 2001 le nombre de cours - il y a 500 cours d?alphabétisation ou de français langue étrangère - et donc, de ce fait, doublé l?offre. Nous sommes passés de 5.000 à 10.000 auditeurs qui suivent ces cours.

Et, l?année prochaine, à la rentrée prochaine, nous mettrons en place, notamment pour les quartiers ?politique de la ville? et les quartiers situés en Zone d?éducation prioritaire, des cours pour les adultes dans la journée, pendant que les enfants sont à l?école.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Bravo au groupe M.R.C. parce que, que ce soit l?interrogateur ou celui qui répond, vous êtes vraiment dans la discipline du temps ! Je vous admire !