Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, DVD 41 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché d’appel d’offres portant sur la mise en place d’une flotte de vélos à destination du public et l’exploitation de mobiliers urbains d’information à caractère général ou local et accessoirement publicitaire. Voeu déposé par le groupe U.M.P. (suite).

Débat/ Conseil municipal/ Février 2007


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - M. LEGARET veut expliquer son explication de vote.

Je vous donne la parole pour une minute.

M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Monsieur le Maire, après nous être concertés avec les élus de notre groupe, nous ne voulons pas que, par notre attitude, nous puissions être considérés comme désavouant les responsabilités que nous avons assumées au sein de la Commission d?appels d?offres.

M. Christophe CARESCHE, adjoint. - Bravo !

M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - C?est pourquoi nous voterons ce projet de délibération, parce que nous croyons que cette opération doit se faire dans de bonnes conditions.

Je dirai simplement que nous ne pourrons pas mener dans ces conditions, dans les conditions de ce soir, de bonne concertation avec M. BAUPIN. Il faudra nous désigner un autre interlocuteur, Monsieur le Maire.

(Applaudissements sur les bancs du groupe U.M.P.).

Oui, je vous le dis franchement.

Un interlocuteur de bonne foi, un interlocuteur qui ne soit pas en permanence à manier le mensonge et l?insulte. Et, de notre côté, nous ferons en sorte que le choix des implantations soit fait dans la concertation, une vraie concertation, c?est-à-dire tout à fait le contraire de ce que M. BAUPIN refuse de faire au quotidien, que ce soit sur le P.D.P. ou sur le reste. Voilà le dernier état de la question.

Je dirai, en concluant, comme je l?ai dit tout à l?heure : il va de soi que nous ne serons pas capables, avec la meilleure volonté du monde, de remettre un avis définitif sur ces consultations dans les délais contraints qui nous sont imposés. Il faudra là-dessus aussi que nous puissions revoir cette question.

Vous avez proposé le rejet de notre voeu, donc voilà ! Il n?y a aucune ouverture sur la manière de concerter.

Je fais simplement un rappel : si les maires d?arrondisse-ment, en tout cas de huit arrondissements de Paris, refusent de donner leur avis, vous ne pourrez pas faire ces implantations. Nous serons alors dans une situation de blocage total.

Ce n?est pas ce que nous souhaitons.

Il appartient au Maire de Paris, puisque son adjoint est incapable de mener convenablement une concertation, de prendre ses responsabilités et de retrouver les conditions d?un dialogue positif et intelligent entre élus parisiens. On en est bien loin ce soir. Nous allons voter ce projet de délibération, mais nous attendons beaucoup du Maire de Paris pour rétablir les conditions d?un dialogue normal.

(Applaudissements sur les bancs du groupe U.M.P.).

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur LEGARET.

Jusqu?à plus ample informée, c?est le Maire de Paris qui désigne l?Exécutif municipal et pas l?opposition.

M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Hélas !

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Et puis, si huit maires d?arrondissement s?opposaient à ce dispositif, ce serait dommage qu?il ne se déploie que dans 12 arrondissements ; les Parisiens jugeraient !

Je mets aux voix, à main levée, le v?u assorti d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le groupe U.D.F. ne prend pas part au vote.

Le v?u est rejeté.

Je mets maintenant, après ce débat très dense, aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 41.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

2 abstentions.

Le groupe U.D.F. ne prend pas part au vote.

Le projet de délibération est adopté. (2007, DVD 41).