Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, Voeu déposé par Mmes Véronique DUBARRY, Mylène STAMBOULI, Khédija BOURCART et les membres du groupe “Les Verts” relatif aux grévistes de la faim installés le long du canal Saint-Martin.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2007


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous arrivons au v?u référencé n° 74 dans le fascicule relatif aux grévistes de la faim installés le long du canal Saint-Martin.

Mme DUBARRY interroge le Préfet de police.

Mme Véronique DUBARRY. - Non. Je n?interroge pas le Préfet de police. Ce sont des v?ux, c?est-à-dire que les élus doivent voter et émettre?

M. Christophe CARESCHE, adjoint. - Qu?est-ce que cela veut dire ?

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Mme DUBARRY présente le v?u.

Mme Véronique DUBARRY. - En l?occurrence, là, Monsieur CARESCHE, est-ce que vous avez lu le v?u que j?avais présenté ou pas ?

M. Christophe CARESCHE, adjoint. - Je l?ai lu.

Mme Véronique DUBARRY. - Je parle du v?u que je présente actuellement, Monsieur CARESCHE. Mais peu importe, en l?occurrence?

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Donnez le micro à M. CARESCHE et c?est réglé?

Mme Véronique DUBARRY. - En l?occurrence, Monsieur CARESCHE, je répondais à M. SAUTTER qui parlait du voeu que je vais présenter maintenant, comme étant une question qui s?adressait au Préfet de police. Je corrigeais donc?

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - J?ai été maladroit, Madame DUBARRY, j?ai dit que vous alliez présenter le voeu et que M. le Représentant du Préfet de police donnerait son opinion sur ce voeu.

Alors, je vous donne la parole.

Mme Véronique DUBARRY. - C?est surtout un v?u?

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Mais, vous avez raison, il est 9 heures moins 10. On a tout notre temps.

Mme Véronique DUBARRY. - Mais si vous me laissez parler, vous allez voir que nous allons en gagner. Il s?agit des ?sans papiers? qui étaient jusqu?à la semaine dernière en grève de la faim sur le campement le long du canal Saint-Martin. Ils sont maintenant à l?hôpital ; ils ont fait plus de 30 jours de grève de la faim, je vous laisse imaginer dans quel état physique ils étaient à la sortie de cette grève.

Ils se sont battus pour leur vie, c?est évident, mais plus encore pour leur dignité. Ces grévistes de la faim nous ont rappelé, en tout cas c?était leur souhait, que le combat des ?sans papiers? était loin d?être terminé et que des milliers d?hommes et de femmes continuent à vivre dans la clandestinité.

Ils nous rappelaient également que la pire des humiliations était bien l?oubli et le silence. C?est la raison pour laquelle ils ont fait cette grève de la faim pendant un certain temps sans obtenir de réponse sur ce qu?ils demandaient, à savoir une régularisation et un titre de séjour.

Ils ont arrêté parce que leur état de santé était arrivé à un point critique ; il n?en reste pas moins qu?ils n?ont toujours pas de réponse sur leur titre de séjour. C?est la raison pour laquelle nous souhaiterions que le Maire de Paris apporte son soutien à ces hommes et qu?il intervienne auprès du Ministre de l?Intérieur afin que nous sachions enfin quelles suites seront données à ces quatre dossiers.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame DUBARRY.

Donc, je donne la parole à M. le Représentant du Préfet de police. Et M. CARESCHE donnera l?avis de l?Exécutif sur ce voeu.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. Merci, Monsieur le Maire.

Madame la Conseillère, vous l?avez rappelé : depuis le 4 janvier dernier, quatre personnes sans domicile fixe étaient en grève de la faim, en marge du campement organisé le long du canal Saint-Martin par l?association ?Don Quichotte?. Elles viennent d?annoncer pour des raisons médicales la suspension de leur mouvement et ont été hospitalisées.

Ces personnes n?étaient pas prises en compte par l?association ?Don Quichotte? au titre de leur discussion avec les pouvoirs publics. Domiciliées à l?origine dans le Val-de-Marne et en Seine-Saint-Denis, elles ne dépendaient pas, sur le plan de leur statut au regard des droits au séjour, de la Préfecture de police. Toutefois, elles ont été soutenues récemment par une association parisienne, association pour l?accompagnement social et administratif d?émigrants et de leurs familles, qui les a aidées dans leurs démarches.

Ces personnes ont donc suspendu la semaine dernière leur mouvement de grève de la faim et leurs dossiers, qui viennent d?être transmis aux services de la Préfecture, seront donc instruit avec la meilleure attention.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci pour cette réponse. Il me semble que vous pourriez peut-être retirer le v?u mais si vous le maintenez, je demanderai à M. CARESCHE l?avis de l?Exécutif. Madame DUBARRY ?

Mme Véronique DUBARRY. - Est-ce que je pourrais avoir l?avis de l?Exécutif avant de prendre une décision ?

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Non, écoutez, M. le Représentant du Préfet de police a dit que les dossiers seraient examinés avec la meilleure attention. Cela me paraît une réponse importante.

Mme Véronique DUBARRY. - Je souhaitais également dans ce v?u que je viens de vous lire que le Maire de Paris apporte son soutien aux demandes de ces quatre hommes qui ont risqué leur vie.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Donc, vous maintenez le v?u. Il faut être clair et je demande à M. CARESCHE quel est l?avis de l?Exécutif.

M. Christophe CARESCHE, adjoint. - Je n?ai pas d?avis. Sagesse.

M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Il est enthousiaste manifestement.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Donc, il n?a pas d?avis, donc nous nous en remettons à la sagesse de l?Assemblée.

Je mets aux voix, à main levée, le voeu en invitant à la sagesse de l?Assemblée.

Qui est pour ?

Qui est contre ? Vous comptez : 3.

Qui s?abstient ?

Qui ne prend pas par au vote ?

Le voeu est donc repoussé.