Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, DLH 154 - Réalisation par la RIVP d’un programme d’acquisition-réhabilitation comportant 4 logements PLUS, 2 logements PLA-I et un local d’activités situé 32, rue du Général-Foy (8e). - Participation de la Ville de Paris au financement de l’opération.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2007


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons à présent à l?examen du projet de délibération DLH 154 concernant la réalisation par la R.I.V.P. d?un programme rue du Général-Foy dans le 8e arrondissement.

Monsieur DAGUENET, vous avez la parole.

M. Jacques DAGUENET. - Merci, Monsieur le Maire.

Alors que nous vivons une crise du logement sans précédent, que différentes associations ont pris des initiatives pour faire connaître la détresse d?un nombre grandissant de personne, l?initiative de l?association ?Les Enfants de Don Quichotte? a marqué les esprits.

C?est la Fondation Abbé Pierre qui lors de son rapport sur le mal logement a révélé cette année un phénomène inquiétant qui, en s?élargissant est devenu une préoccupation majeure de notre société.

Certaines situations prennent des proportions inquiétantes et concernent des publics de plus en plus larges. C?est Patrick DOUTRELIGNE, délégué général de la Fondation Abbé Pierre qui écrivait hier dans le journal ?L?humanité?, je le cite : ?Le non logement ne représente pas seulement une absence de logements mais un déni bafouant nos principes républicains d?égalité et de justice, les conséquences sociales sont considérables du point de vue de la santé, de la scolarité des enfants et de la perte des repères et représentent un facteur aggravant de l?exclusion dont sont victimes ces personnes et ces familles?. Cette situation, nous sommes de plus en plus à la reconnaître.

Le Président de la République lui-même a été amené à sortir de son chapeau ?le droit au logement opposable? alors qu?il y a encore un mois, Jack RALITE, député communiste, avait proposé d?inscrire ce droit dans la loi que présentait au Sénat, Jean-Louis BORLOO, Ministre du Logement, ce à quoi Mme Catherine VAUTRIN, Ministre déléguée à la cohésion sociale, lui répondait que c?était irréaliste, impossible.

Cette mesure est pourtant réclamée depuis des lustres par de très nombreuses associations. L?Abbé Pierre déclarait ?il faut que la France fasse la guerre à la misère?.

La droite parisienne refuse toute production de logements sociaux à Paris. Depuis des mois, elle n?a cessé de proposer au Nord et à l?Est de la Capitale la transformation de tous les programmes de logements sociaux en accession à la propriété. A l?Ouest c?est un ?non? tout court. C?est ce qui s?est encore produit en décembre dernier lorsqu?elle a combattu sans succès 3 programmes dans les 8e, 16e et 17e arrondissements.

C?est de nouveau le cas. Au Conseil de Paris des 12 et 13 février, le Conseil du 8e arrondissement a voté contre un programme de 4 logements PLUS et de 2 logements P.L.A.-I. au 32, rue du Général-Foy. La droite s?illustre une nouvelle fois en matière de logement social ! 6 logements, c?est encore trop !

Mesdames et Messieurs de la droite, qu?allez vous évoquer aujourd?hui pour justifier un tel refus ? Il est devenu coutumier pour la droite parisienne de ne pas afficher clairement ses positions en matière de logement social. En fait, le logement social c?est bien, c?est urgent, c?est vital? surtout quand cela n?intervient pas dans certains arrondissements parisiens. La mixité sociale, c?est bien, mais pas chez nous !

Or, le 8e arrondissement a une liste de demandeurs de logements sociaux d?environ 690. Et il nous faut comparer ce chiffre aux 280 logements sociaux que la Municipalité a d?ores et déjà financés entre 2001 et 2005. Mais surtout, 2 éléments importants qu?il faut bien garder en mémoire : avant 2001, le nombre de logements sociaux dans cet arrondissement était de 38 ; chiffre notoirement incomparable aux 280 de cette mandature.

Mais surtout, le 8e arrondissement se satisfait, au détriment des besoins des Parisiens, du triste record, comme à Neuilly, d?un ridicule pourcentage de logements sociaux de 1,5 % le plus faible taux parisien après son voisin le 7e arrondissement.

Les chiffres parlent d?eux-mêmes. On voit bien que derrière de multiples arguments fallacieux contre le logement social, se cache une véritable volonté de maintenir cette citadelle interdite aux Parisiens populaires. Cette situation est intolérable ! De notre côté, nous voterons le projet de délibération.

Merci, Monsieur le Maire.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Monsieur MANO, vous êtes d?accord avec tout cela ?

M. Jean-Yves MANO, adjoint, au nom de la 8e Commission. - Oui, je suis totalement d?accord avec tout cela évidemment.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Bien.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 154.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2007, DLH 154).