Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

38 - 1999, DPA 255 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres ou un marché négocié, dans l'hypothèse où l'appel d'offres serait déclaré infructueux, en vue de la réalisation des travaux de modernisation et de mise en conformité des installations électriques du musée des Catacombes (14e)

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1999


M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DPA 255 autorisant à M. le Maire de Paris à signer un marché sur appel d'offres pour le musée des Catacombes dans le 14e.
La parole est à M. OGÉ.
M. Yves OGÉ. - Merci, Monsieur le Maire.
Monsieur le Maire, mes chers collègues, le projet qui nous est présenté concerne des travaux de modernisation de l'ossuaire appelé Catacombes.
Après les travaux de ventilation, ceux-ci concernent maintenant le réseau électrique très détérioré par l'humidité ambiante avant ces précédents travaux.
Nous sommes tout à fait favorables, au groupe "U.D.F. et Modérés", à ces investissements en rapport avec un lieu visité par des dizaines de milliers de personnes, notamment beaucoup d'étrangers. Il serait cependant intéressant de connaître le rapport entre les recettes et les dépenses de ce musée.
Par contre, nous nous étonnons de lire dans ce projet de délibération qu'un bureau d'études a été missionné pour proposer des solutions techniques pour réaliser ces travaux.
Pour quelle raison les ingénieurs de la Ville, dont les compétences et la qualité ne peuvent être mises en doute, ne sont pas chargés de cette étude ?
Ils ont sûrement la capacité de faire ce type de missions, qui ne peuvent qu'être valorisantes pour eux et devraient présenter l'avantage d'une substantielle économie pour la Ville ?
Pour d'autres cas, il nous semble que trop souvent des bureaux d'études sont sollicités alors même que les ingénieurs de la Ville seraient à même de réaliser ce travail.
Je vous remercie de votre réponse et vous confirme que malgré cette réserve, nous voterons ce budget.
M. Pierre GABORIAU, adjoint président. - Merci, cher collègue.
Je donne la parole à Mme MACÉ de LÉPINAY.
Mme Hélène MACÉ DE LÉPINAY, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Mon cher collègue, le Musée des catacombes est un endroit un peu particulier dans Paris. Vous savez que c'est un réseau de 1,7 kilomètre de longueur situé à 20 mètres sous terre avec des voûtes basses et des conditions, en matière d'hygrométrie, assez particulières.
Il est évident que ce lieu avait besoin de travaux, vous l'avez signalé, en matière électrique en particulier puisque les installations se détériorent rapidement. Effectivement la Ville a missionné un cabinet extérieur, mais ce n'est pas du tout le but de ce projet de délibération. Elle engage maintenant les travaux à la suite des résultats de cette mission.
Les ingénieurs de la Ville dont je tiens à souligner la compétence, ne pouvaient eux-mêmes remplir la mission d'expertise.
Il est traditionnel que la Ville fasse appel à des cabinets extérieurs, ne serait-ce que pour pouvoir être éclairée sur les conditions très particulières de mise en oeuvre des installations.
Pour ce qui concerne le nombre de visiteurs des catacombes, je peux vous indiquer qu'en 1998, les catacombes ont reçu plus de 184.000 personnes, ce qui représente un chiffre considérable compte tenu des conditions que j'ai signalées auparavant, et je tiens à rendre un hommage aux gardiens de ce musée un peu particulier qui travaillent dans des conditions très difficiles.
Mon cher collègue, je vous remercie de voter ce projet qui concerne un musée qui est situé dans votre arrondissement. Je me réjouis que bientôt les conditions de sécurité soient améliorées dans ce musée.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Merci, chère collègue.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPA 255.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, DPA 255).