Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

40 - 1999, PJEV 84 - Autorisation à M. le Maire de Paris de solliciter de M. le Préfet de Paris, Préfet de la Région d'Ile-de-France une subvention de 150.000 F pour le financement de travaux d'amélioration et de renforcement du réseau d'éclairage public des Halles (1er)

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1999


M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération PJEV 84, autorisant M. le Maire de Paris à solliciter de M. le Préfet de Paris une subvention de 150.000 F pour le financement de travaux du réseau d'éclairage public des Halles dans le 1er arrondissement.
La parole est à M. LE GARREC.
M. Alain LE GARREC. - Merci, Monsieur le Maire.
Nous sommes fin novembre 1999. Or c'est dans le cadre du budget 1999 voté en décembre 1998 que nous avions prévu un crédit de 500.000 F pour améliorer l'éclairage du Jardin des Halles.
Ce problème d'éclairage existe depuis des années. Enfin mieux vaut tard que jamais !
Il aura fallu attendre la première décision modificative pour accorder au budget supplémentaire de 150.000 F pour remplacer 30 bornes lumineuses. Ce n'était pas suffisant ! Il faut encore 150.000 F car aujourd'hui, après 11 mois, après la première inscription, il ne s'est toujours rien passé.
Jusque-là, je ne voyais qu'un retard très à l'image du quartier des Halles qui sombre tranquillement dans les difficultés. Tout doit s'y faire demain ou après-demain ; l'argent dans ce quartier s'épelle toujours en minuscules et se conjugue au futur, mais quelle est ma surprise de découvrir une ville, avec un budget global de près de 35 milliards de francs, sur le terrain, une société d'économie mixte qui perçoit des redevances sur les immeubles riverains et dont le président est le sénateur-maire du 1er arrondissement. Nous n'avons pas les moyens d'engager 800.000 F pour améliorer l'éclairage du jardin des Halles.
Il nous faut faire appel, ou plutôt accepter l'aide de la réserve parlementaire du député du centre de Paris.
Je vois dans cette démarche comme une critique, à l'intérieur de votre majorité municipale, concernant une certaine frilosité dans la gestion actuelle du 1er arrondissement, surtout quand nous abordons les Halles.
Je reste politiquement correct, vous le remarquerez. Il faut dire que le pauvre 1er arrondissement a comme premier adjoint l'adjoint aux finances qui est aussi le suppléant dudit député.. la vie est impitoyable !
Pour l'an 2000, Paris va briller de tous ses feux ainsi que de ses 35 ponts illuminés mais pour améliorer l'éclairage du jardin des Halles, il nous faut les subsides du député du centre !
J'aurais souhaité un arrondissement, une ville un peu plus fiers et surtout un peu plus responsables.
Nous voterons cette délibération que les riverains attendent depuis des années mais je gage qu'ils apprécieront le montage financier de l'opération.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - La parole est à M. LEGARET puis à Mme MACÉ de LÉPINAY.
M. Jean-François LEGARET, adjoint. - Monsieur le Maire, avant que Mme MACÉ de LÉPINAY ne réponde, je voulais simplement, puisqu'une fois de plus M. LE GARREC culmine sur les sommets de la médiocrité, noter avec intérêt son argumentaire fort intéressant. Le fait que des parlementaires obtiennent un concours financier de la réserve parlementaire est selon lui une critique à l'égard des maires de chaque arrondissement.
Je note bien cet argument et je saurai m'en resservir. Lorsque M. VAILLANT ou M. DREYFUS insisteront comme ils l'ont fait parfois avec une certaine virulence, notamment dans les réunions préparatoire des conférences de programmation, c'est un argument dont je saurai me rappeler et me servir !
(Applaudissements sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris" et "Paris-Libertés").
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Merci. La parole est à Mme MACÉ de LÉPINAY.
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Après l'intervention de M. LEGARET, je voudrais seulement rappeler que la Direction des Parcs, Jardins et Espaces verts s'efforce régulièrement de trouver des financements extérieurs pour mener à bien ses opérations.
M. Jean-Yves MANO. - Les spécialistes du sponsoring !
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint, rapporteur. - Je ne vois pas ce qu'il y a de critiquable à vouloir alléger le budget municipal et, par là même, les impôts versés par les Parisiens.
Au moment de la création de nouveaux jardins, la Ville sollicite l'Agence des espaces verts de la Région Ile-de-France ; cela me paraît tout à fait normal. Dans le cadre des procédures de la Ville, certains aménagements d'espaces verts se font aussi avec des financements régionaux. Pour l'exposition "palmiers entre soleil et ombre", vous le rappelez, des financements avaient été recherchés et obtenus auprès de partenaires privés.
Enfin, la réserve parlementaire a déjà contribué à plusieurs opérations comme la Z.A.C. "Dorian", la rénovation du square de la Tour Saint-Jacques.
Je n'ai rien d'autre à ajouter, si ce n'est que je me réjouis que les bornes lumineuses puissent être remplacées dans le jardin des Halles pour la plus grande sécurité des promeneurs.
(Applaudissements sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris" et "Paris-Libertés").
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Merci, chère collègue.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération PJEV 84.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, PJEV 84).