Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu relatif au service des majeurs protégés au sein des établissements psychiatriques à Paris.

Déliberation/ Conseil général/ Mai 2011 [2011 V. 19 G]



 

Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville

et transmise au représentant de l?Etat le 9 juin 2011.

Reçue par le représentant de l?Etat le 9 juin 2011.

 

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général,

Considérant que les services des tutelles des majeurs protégés des établissements psychiatriques publiques à Paris réalisent un travail indispensable et essentiel de protection et représentation dans la gestion quotidienne de la vie des patients et de leur entourage ;

Considérant que ces prises en charge sociales nécessitent une étroite collaboration entre les acteurs sociaux et médicosociaux et constituent un maillon essentiel pour l?insertion des personnes souffrant de troubles mentaux dans la Cité ;

Considérant qu?un projet de regroupement des services des tutelles des établissements parisiens est en cours dans l?objectif d?améliorer leur accessibilité et le service rendu aux Parisiens ;

Aussi, le Conseil de Paris sur proposition de l?Exécutif et du groupe communiste et élus du parti de gauche,

Emet le voeu :

- Que le Maire de Paris fasse part de sa vigilance et de sa mobilisation aux établissements spécialisés dans l?objectif de garantir que :

- Les personnels soient étroitement associés à la réflexion sur cette organisation nouvelle ;

- Ce projet de réorganisation soit fondé sur le maintien ou le renforcement de l?ensemble des moyens humains et financiers consacrés aujourd?hui aux tutelles ;

Ce projet de transfert, porté par un travail rigoureux des médecins et de tous les professionnels concernés, aboutisse bien à une amélioration du service rendu aux patients et à leurs proches, un renforcement de la qualité de l?accueil comme de la prise en charge, et ne pénalise en rien les Parisiens.