Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

30 - 1999, DVD 172 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec la Fondation de l'Institut du Monde arabe une convention relative au versement d'une subvention d'équipement pour la réalisation des travaux de réaménagement du parvis de l'Institut du Monde arabe (5e)

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1999


Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DVD 172 concernant la réalisation des travaux de réaménagement du parvis de l'Institut du Monde arabe.
La parole est à Mme BILLARD.
Mme Martine BILLARD, élue "Les Verts". - Sur ce projet de délibération, on voit que tout le discours sur la réduction de la circulation à Paris se heurte souvent aux réalités concrètes. Pour réduire la circulation, il faut limiter au strict minimum les raisons d'emprunter une voiture, pour se déplacer dans Paris ou pour y venir. Le quartier de l'Institut du Monde arabe est relativement bien desservi par les transports en commun, métro et bus.
Il ne justifie pas la nécessité impérieuse de s'y rendre en voiture. Par ailleurs, le nombre de places de stationnement existantes dans le 5e et uniquement gérée par la SAEMES, ce qui laisse d'autres places de stationnement notamment celles de ce parking, est déjà de 2.200 places. C'est l'arrondissement qui compte le plus de places de stationnement gérée par la S.A.E.M.E.S., loin devant le 16e qui n'en compte que 1.487. Le secteur de l'Institut du Monde arabe n'est pas particulièrement dense au niveau du nombre d'habitants. La justification d'augmentation du nombre de places par la nécessité pour les riverains semble surprenante. C'est un nouvel aspirateur à voitures dans un secteur qui n'en manque pas.
Le discours sur la réduction de l'automobile à Paris aurait-il deux facettes, selon qu'il s'agit du 5e ou d'autres arrondissements de Paris ?
"Les Verts" s'opposent à cette augmentation du nombre de places de stationnement et nous voterons contre ce projet de délibération uniquement pour cette raison.
Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint, président. - Il y a une énorme exposition avec des queues incroyables qui nécessitent des aménagements sans aucun doute.
La parole est à M. PLASAIT.
M. Bernard PLASAIT, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Mme BILLARD a fait une intervention conforme à l'objet du projet de délibération. Je l'en remercie. Je ne crois pas, par contre, que Mme BILLARD puisse invoquer, à l'occasion de ce projet de délibération, le célèbre concept "d'aspirateur à voitures", que l'on voit revenir souvent.
Le bon sens, c'est aussi de faire en sorte que fonctionnent de façon optimum les grands équipements et d'une manière plus générale, la vie économique, la vie de loisirs, la vie culturelle et la vie des quartiers parisiens.
L'analyse faite par Mme BILLARD n'est pas satisfaisante. L'actuelle capacité du parking de l'Institut du Monde arabe, qui est de 122 places, apparaît nettement insuffisante pour répondre aux besoins de stationnement des visiteurs actuelles. Sans créer de nombreuses places, car alors effectivement il y aurait "création d'aspirateur à voitures", il y a cependant un minimum de capacités de stationnement qu'il faut prévoir.
C'est d'ailleurs de façon pragmatique que nous le faisons. Depuis un certain temps, nous percevons qu'il manque un certain nombre capacités de stationnement, ce qui peut avoir des conséquences néfastes sur la fréquentation, dans de bonnes conditions, de l'Institut du Monde arabe, mais également ce qui provoque un fort stationnement illicite, nuisible à la circulation générale.
C'est un élément important dont il faut tenir compte. Il faut noter que dans ce secteur de Paris, les possibilités offertes en stationnement résidentiel sont très réduites.
Notre nouvelle offre de parking en sous-sol a pour objectif d'une façon raisonnable, de réduire un déficit en places de stationnement dans ce quartier, et d'autre part d'améliorer le confort des habitants, un de nos soucis premiers.
Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint, président. - Merci, Monsieur PLASAIT.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 172.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, DVD 172).