Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

121 - QOC 99-563 Question de Mmes Cécile SILHOUETTE et Sylvie SCHERER, élues de "Ensemble pour une gauche alternative et écologiste", à M. le Maire de Paris à propos des distributions alimentaires aux personnes sans ressources et sans domicile

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1999


Libellé de la question :
"De nombreuses distributions alimentaires ont lieu dans Paris. Elles permettent à des personnes sans ressources, et souvent sans domicile, de survivre.
Compte tenu de leur situation sociale très marginalisée et de leur manque de ressources, ces personnes sont souvent très dégradées sur le plan physique et leur résistance aux maladies et allergies est moindre.
C'est pourquoi Mmes Cécile SILHOUETTE et Sylvie SCHERER aimeraient savoir quels sont les circuits empruntés par les aliments distribués et si des contrôles vétérinaires sont régulièrement effectués sur ces produits."
Réponse (Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint) :
"En matière de distribution alimentaire trois partenaires interviennent essentiellement sur le territoire parisien :
- la Ville avec le dispositif C?ur de Paris ;
- les Restos du c?ur ;
- la Banque alimentaire.
S'agissant du dispositif C?ur de Paris, la société "Aproplus", entreprise d'épicerie générale, livre au restaurant Emeraude situé rue de Santeuil, les produits non périssables stockés sur trois jours. Les denrées sont ensuite conditionnées quotidiennement dans des sachets, distribués le lendemain. Le pain est fourni chaque jour deux heures avant la distribution par une boulangerie parisienne. La soupe est préparée au restaurant Baudricourt deux heures avant la distribution et stockée dans des norvégiennes gardant au chaud plusieurs heures.
La nature des produits et les durées de stockage ont été étudiées pour neutraliser les risques sanitaires.
Un contrôle du Service de la Sécurité sanitaire des déchets a été effectué le 6 septembre 1999 : il n'a donné lieu à aucune observation.
Pour sa part, la Banque alimentaire de Paris et d'Ile-de-France pour la lutte contre la faim offre les produits qu'elle collecte aux 67 associations agréées par elle à Paris.
Ces produits sont récupérés par la Banque alimentaire gratuitement auprès des industriels de l'agroalimentaire pour les produits secs, les conserves et auprès des grandes surfaces pour les produits frais (seulement 2,5 % du tonnage). Elle récupère également des surplus de l'Union européenne. Les produits secs proviennent également de dons de particuliers grâce à la grande collecte annuelle effectuée par la Banque alimentaire chaque année fin novembre.
Les produits frais font l'objet d'un strict contrôle d'hygiène alimentaire au départ de la banque alimentaire.
L'association nationale, Les Restaurants du C?ur, s'approvisionne auprès des industriels (90 % de produits secs et conserves) et stocke dans ses entrepôts départementaux les produits. Ceux-ci sont envoyés ensuite dans les centres de distribution de l'association qui accueillent les personnes démunies.
Les contrôles sanitaires sur les produits frais (10 % du total des produits) sont effectués dans les centres de distribution.
Les produits frais constituent ainsi une très faible part des denrées distribuées. Ce choix résulte de la volonté des associations. Bien évidemment, elles s'engagent par ailleurs à ne jamais fournir de produits périmés. L'Etat (D.A.S.S.. de Paris) et de nombreux autres financeurs privés ou institutionnels soutiennent également ces deux associations, ce qui constitue un gage de sérieux non négligeable. Surtout, ces associations, en tant que distributeurs de produits alimentaires, n'échappent pas au contrôle sanitaire, qui est de la compétence de la Préfecture de police et non des services du Département."