Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

30- 1998, DLH 151 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres pour la réfection des parties communes de l'immeuble situé 42, rue du Louvre (1er).

Débat/ Conseil municipal/ Avril 1998



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DLH 151 portant autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres pour la réfection des parties communes de l'immeuble, 42, rue du Louvre.
La parole est à M. LE GARREC.
M. Alain LE GARREC. - Monsieur le Maire, il y a deux mois, votre majorité votait la réhabilitation du dernier étage de cet immeuble du 42, rue du Louvre en P.L.I. Je m'étais exprimé contre au nom du groupe socialiste et apparentés.
En effet, le 1er arrondissement et ses 600 familles demandeurs de logements sociaux n'a que trop peu la chance de pouvoir bénéficier de P.L.A. pour que nous rations les occasions qui s'offrent à nous. Je sais que le Maire et les élus majoritaires du 1er arrondissement rejettent l'idée de P.L.A. dans cet immeuble de trop belle facture, je ne fais ici que reprendre l'expression de notre collègue M. CALDAGUÈS. Nous continuons à regretter ce choix, dont la deuxième justification est que le Maire du 1er pourra attribuer 80 % des logements. Nous ne savons que trop bien ce que cela signifie : opacité, secret et clientélisme.
Nous ne savons pas quel sera le futur de cet immeuble et ses 4.500 mètres carrés habitables. Une association prestigieuse et la Chambre de Commerce en sont les principaux occupants. Qui sont donc les autres locataires de cet immeuble ? Il n'est même pas certain que tous les locaux soient occupés.
Aujourd'hui, vous nous demandez que la Ville, propriétaire d'une partie de cet immeuble, assure la réfection des parties communes. Je dis bien " la Ville propriétaire d'une partie de cet immeuble " puisque la S.E.M. Centre appelée pour l'occasion gestionnaire social, ce qui ne manque pas de saveur, s'est vue attribuée le dernier étage. C'est un moyen subtil d'aider la S.E.M. Centre ; je ne comprends pas très bien comment vous allez différencier ce qui est à la Ville de Paris et ce qui est sous la responsabilité de la S.E.M. Centre. Ce système hybride va à l'encontre de votre discours qui veut que la Ville quand elle ne gère pas complètement un immeuble, cherche à le vendre. Cela pose le problème de façon concrète de la destination des immeubles qui appartiennent à la Ville. Monsieur le Maire, vous nous aviez promis la transparence, chassez le naturel, il revient au galop.
Financièrement, il aurait été moins cher de grouper ces opérations, ne serait-ce en frais d'architecte et honoraires de toutes sortes. D'autant qu'il ne faut pas être devin pour comprendre que d'autres réfections vont venir dans l'année.
Nous avons refusé les P.L.I. en leur préférant ici les P.L.A., car la mixité sociale doit aussi s'exprimer dans le 1er arrondissement, dont le nombre d'immeubles n'a pas baissé depuis 20 ans et qui vient de perdre 1.000 électeurs, et où 6,5 % des élèves en maternelle et en primaire viennent d'autres arrondissements. Nous ne pouvons participer à ce vote tant que vous n'indiquerez pas clairement vos intentions concernant ce bâtiment. Je vous remercie.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La parole est à M. BULTÉ pour répondre à M. LE GARREC.
M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
La Ville est propriétaire pour les avoir construits il y a plus d'un siècle de deux immeubles de très grande qualité architecturale situés aux 40 et 42, rue du Louvre, aux abords immédiats de la Bourse du commerce. La Ville est donc propriétaire de la totalité. L'immeuble du 40 est actuellement occupé par la Direction de la Voirie et des Déplacements et a été rénové à l'occasion de cette installation ; l'immeuble du 42 fait l'objet d'une occupation diversifiée, commerciale, administrative, associative et résidentielle. Conformément à l'avis du Conseil du Patrimoine la Ville a décidé de le maintenir dans son patrimoine et d'y faire aménager par la S.E.M. Centre une quinzaine de logements P.L.I. au 6e étage.
Dès lors il a été décidé de procéder dans un premier temps à la réfection des parties communes de l'immeuble, notamment de remplacer l'ascenseur principal, complètement hors d'usage d'ailleurs, et de rénover la cour anglaise d'entresol avec une remise en état d'une très belle verrière qui la recouvre. Il sera également procédé à la réfection des peintures et des sols et à la dissimulation des réseaux des fluides et autres gaines qui défigurent actuellement l'ensemble des lieux.
Je rappellerai, Monsieur le Maire, d'ailleurs que le Conseil du 1er arrondissement a voté favorablement sur ce projet. Merci.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je remercie M. BULTÉ.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 151.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, les groupes socialiste et apparentés, du Mouvement des citoyens, Mmes BILLARD, SCHERER, SILHOUETTE et M. BLET s'étant abstenus, le groupe communiste ayant voté contre. (1998, DLH 151).