Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

47- QOC 98-108 Question de M. Claude GOASGUEN à M. le Préfet de police relative à la gêne provoquée par la présence quasi permanente de camions de livraison rue Le Marois (16e).

Débat/ Conseil municipal/ Avril 1998



Libellé de la question :
" De nombreux habitants de la rue Le Marois (16e) se plaignent de l'impossibilité de circuler en voiture le matin dans leur rue, en raison de la présence quasi-permanente de camions de livraison.
En cas d'incendie, ils s'inquiètent du retard qui serait pris par les pompiers.
M. Claude GOASGUEN demande à M. le Préfet de police de faire le point sur cette situation et de lui faire savoir quelles mesures il compte prendre pour assurer la tranquillité de ces riverains. "
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
" Les difficultés constatées dans ce secteur ont pour origine le marché du Point du jour, qui se tient à l'angle de l'avenue de Versailles et de la rue Le Marois, sur la place Paul-Raynaud. Dans la partie étroite de la rue Le Marois, comprise entre la place Paul-Raynaud et la rue Charles-Tellier, le stationnement est interdit du côté du marché.
Cependant, compte tenu de l'occupation illicite des emplacements réservés rue Charles-Tellier aux véhicules des commerçants du marché, ces derniers restent rue Le Marois après les opérations de déchargement de marchandises sur le marché.
Pour mettre un terme à cette situation, il apparaît donc essentiel que la vacuité des réservations de stationnement au profit des véhicules du marché dans la rue Charles-Tellier soit assurée.
L'instauration du stationnement payant rotatif, qui induit des surveillances régulières, semblant pouvoir être envisagée rue Charles-Tellier, mes services ont demandé à la Direction de la Voirie et des déplacements de la Mairie de Paris de procéder à une étude en ce sens.
Dans l'immédiat, j'ai donné des instructions aux services de police locaux pour que les surveillances et les contrôles soient renforcés aux abords de ce marché. "