Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

60- QOC 98-112 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris relative à la F.N.A.C.A.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 1998



Libellé de la question :
" M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent à M. le Maire de Paris s'il entend répondre favorablement aux requêtes exprimées par la F.N.A.C.A. depuis de nombreuses années, à savoir :
- l'érection d'un mémorial au cimetière du Père-Lachaise pour rappeler la mémoire des 670 militaires parisiens morts en Algérie ;
- la gratuité des transports publics dans la Capitale pour les ressortissants de l'O.N.A.C. titulaires de la carte du combattant ou du titre de reconnaissance à la nation, avant 60 ans, pour ceux actuellement privés d'emploi, et à partir de 60 ans pour les autres ;
- l'attribution de subventions municipales en rapport avec le nombre d'adhérents et l'activité de cette association d'anciens combattants.
M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens rappellent à cette occasion qu'il s'agit de revendications anciennes de la principale association qui regroupe des anciens combattants d'Algérie, de Tunisie et du Maroc et qu'ils attendent des propositions concrètes de la Municipalité parisienne. "
Réponse (M. Manuel DIAZ, adjoint) :
" Les requêtes présentées par la F.N.A.C.A. appellent les remarques suivantes.
En 1993, le Maire de Paris a pris l'initiative de rendre hommage aux victimes des conflits d'Afrique du Nord.
L'ensemble des associations d'anciens combattants et victimes civiles a été associé à ce projet. Un monument, réalisé par le sculpteur Eugène Dodeigne, a été inauguré le 11 novembre 1996 dans le 19e arrondissement, au square de la Butte du Chapeau Rouge.
Cette réalisation est dédiée à toutes les victimes civiles et militaires des conflits d'Afrique du Nord au rang desquelles, naturellement, les militaires parisiens.
S'agissant par ailleurs des facilités offertes aux anciens combattants en matière de transport public, il convient de rappeler que ceux-ci peuvent obtenir les cartes émeraude et améthyste dès 65 ans au même titre que les autres parisiens et à partir de 75 ans sans conditions de ressources pour la première et au tarif le plus bas pour la seconde.
Enfin, la demande tendant à réclamer chaque année le montant des subventions municipales en fonction du nombre d'adhérents et de l'activité déployée se heurte à l'impossibilité d'estimer ces données avec précision. Néanmoins, pour tenir compte des remarques adressées à M. Le Maire, il a été décidé en 1998 de relever le plancher des subventions d'arrondissement versées aux associations d'anciens combattants. "