Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

162 - QOC 2000-498 Question de M. Jean-Pierre REVEAU, élu du Front national, à M. le Préfet de police relative au bilan de la délinquance et de la criminalité depuis le début de l'année pour le 18e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2000


Libellé de la question :
"M. Jean-Pierre REVEAU demande à M. le Préfet de police le bilan de la délinquance et de la criminalité depuis le début de l'année sur le 18e arrondissement."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"La situation dans le 18e arrondissement, en terme de délinquance constatée et de sentiment d'insécurité, constitue une préoccupation constante des services de la Préfecture de police.
Les résultats statistiques de la délinquance constatée sur les 8 premiers mois de l'année 2000, dans le 18e arrondissement, s'analysent de la façon suivante.
Le nombre de crimes et délits constatés sur le 18e arrondissement par l'ensemble des services de la Préfecture de police s'élève à 14.228 contre 14.074 pour la même période de 1999 soit une différence de 154 faits en plus, ce qui représente une hausse très modérée de + 1,09 %.
Pour cette même période, le nombre de délits de voie publique est en baisse sensible avec un taux global de - 9,40% :
- les vols avec violences sont en diminution de - 24,18 % ;
- les vols d'automobiles sont en baisse avec un taux de - 4,13 % ;
- les cambriolages sont en diminution de - 3,13 % ;
- les vols à la tire augmentent de + 11,44 % ;
- les vols à la roulotte sont en hausse modérée de + 3,18 % ;
- les vols à main armée connaissent une augmentation d'environ 10 % en passant de 27 faits constatés à 30 faits.
J'ajoute que le 18e arrondissement a enregistré au cours des 8 premiers mois, une hausse de + 47,50 % des délits économiques et financiers, liée à la forte augmentation des escroqueries commises à l'aide de cartes bancaires volées ou falsifiées, utilisées auprès des opérateurs de la téléphonie mobile et du commerce électronique.
Cette évolution retient l'attention, d'abord, parce que ces délits, dépourvus de manifestations extérieures et d'éléments constitutifs visibles, ne donnent pas prise aux mesures habituelles de dissuasion et de répression mises en ?uvre par les services de police.
Ensuite, parce qu'avec un total de 313 faits supplémentaires au cours des 8 premiers mois de l'année, par rapport à 1999, la hausse des délits économiques et financiers est largement supérieure à la hausse globale de la délinquance (154 faits constatés en plus pour la même période) et qu'elle produit un effet statistique qui masque les très bons résultats obtenus dans la lutte contre la délinquance de voie publique ainsi que l'évolution très favorable des indicateurs d'activité : durant les 8 premiers mois de l'année, le nombre de faits élucidés a progressé de 29,46 %, le nombre de personnes mises en cause de 29,73 %, le nombre de personnes gardées à vue de 62,58 % et les délits révélés par l'activité des services, notamment les infractions à la législation sur les stupéfiants, ont progressé de 60,78 %."